L'empire des sciences: Antoine-François Fourcroy

Poursuivant la lecture de l’Empire des sciences, je découvre littéralement Antoine-François Fourcroy. Il faut dire que contrairement à d’autres savants de son époque, Fourcroy a mauvaise presse. Pourtant, rien de le prédestinait à un tel oubli. Au contraire.


Issu d’un milieu modeste, Fourcroy parvient à faire des études de médecine, et s’intéresse rapidement à la chimie, la science la plus révolutionnaire durant la décennie qui précéda la révolution française. Il est repéré par Buffon, qui le nomme professeur de chimie, matière qu’il enseignera durant une vingtaine d’années. Ami de Vauquelin, il travaille avec lui à l’analyse de multiples composants organiques, avec cette idée prodigieuse pour l’époque qu’on ne pourrait prodiguer de bons remèdes sans comprendre les réactions chimiques liées à la médication.

Car Fourcroy eut, semble-t-il, une sainte horreur de ceux qui pratiquent la médecine ou tout autre métier d’ailleurs, sans de solides bases scientifiques. Toute sa vie il luttera contre le charlatanisme, et veillera à mettre en place les structures et les modalités de contrôles, qui permettront à la société française de former ses médecins, ses enseignants, ses juristes, au meilleur niveau de ce qui se pratiquait en Europe. On lui doit ainsi la mise en place de lycées et de ce qui deviendra le baccalauréat, des structures de l’enseignement de la médecine et du rapprochement entre médecine et chirurgie – ces deux arts étant totalement hermétiques l’un à l’autre, auparavant. Il organise l’enseignement de la pharmacie, et dépoussière celui du droit. Il participa également à la création de l’Ecole Polytechnique où il enseignera la chimie pendant les premières années.

Mais c’est son engagement politique que Fourcroy paie, par son relatif anonymat actuel. Appelé à remplacer Marat durant la terreur, il parvient à sauver sa peau mais ne réussit pas à sauver celle de Lavoisier, pourtant le plus grand chimiste de son époque. Fourcroy est peut-être le symbole même du scientifique qui s’est fourvoyé en politique, et n’en a retiré que des ennuis: il est même écarté de la maîtrise de l’Université impériale qui’il avait pourtant contribué à créer, au profit d’un courtisan, Louis de Fontanes. Non, décidément, Fourcroy ne méritait pas une telle destinée.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?