Serge Dassault

De tous les industriels et grands patrons français, Serge Dassault n’était probablement pas le plus apprécié des français. Pas pour son ascendance juive, ni parce qu’il avait fréquenté l’école polytechnique. Mais plutôt du fait qu’héritier d’un empire économique et homme politique à la longévité exacerbée, marquée par plusieurs affaires plus ou moins douteuses, il n’avait ni le charisme, ni la bonhomie de son père. Pourtant, rien ne justifie les torrents de haine que l’on peut voir déferler sur les réseaux sociaux depuis l’annonce de son décès, comme ce tweet injurieux de Philippe Poutou ou celui de Bruno Masure.

Reléguer Serge Dassault au rang de vulgaire marchand d’armes, c’est oublier que les avions produits par Dassault Aviation ont commencé par défendre la France, avant de faire la joie de pilotes étrangers. C’est oublier que la dissuasion nucléaire, à laquelle aucun président n’a renoncé et ne renoncera, s’appuie sur les ailes d’avions issus des usines de cette entreprise. C’est aussi oublier que l’un des fleurons de la technologie française, l’une des premières start-up nationales, Dassault Systèmes, est issu du même empire.

Alors certes, on a rarement vu Serge Dassault arpenter les couloirs des bureaux de Suresnes ou de Vélizy. Mais l’actionnaire – heureux – de cette société n’a jamais remis en cause la stratégie de conquête de ses dirigeants. Peu de sociétés ont pu bénéficier d’un tel support.

Cet article vous a plu? Partagez-le!

A propos de Herve Kabla

Hervé Kabla, président de Else & Bang, cofondateur de The Daily Finance et de la série des livres expliqués à mon boss avec Yann Gourvennec.

2 commentaires à propos de “Serge Dassault”

  1. Les tweets de Poutou et Masure sont odieux. Mais je partage avec ces deux individus le fait que je ne verse pas de larmes.
    Serge Dassault fut en effet un grand zélateur de la « politique arabe » de la France. S’il n’avait pas refusé les contacts avec l’Etat d’Israël et son industrie aéronautique, des coopérations gagnant-gagnant auraient existé.

  2. A la mort de Marcel Dassault, j’ai reçu une biographie de lui.
    On y disait que Serge Dassault était quelqu’un de sensé et de sensible. Peut-être a-t-il couru après l’estime de son père, qui l’a toujours gardé à distance ?
    En tout cas, on retient de lui surtout un comportement curieux, et maladroit.
    Mais, contrairement à beaucoup d’héritiers, il ne semble pas avoir dilapidé l’héritage paternel. Ce qui est remarquable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*