Les Bulgares vous saluent bien

Voici donc arrivé l’épilogue de la sombre aventure des infirmières Bulgares et du médecin palestinien. Inutile de revenir sur les faits, connus du public, depuis plusieurs années. Il y a quelques mois, nous étions dans l’impasse. Puis elle est apparue. Cecilia Sarkozy a pris le dossier en main et, comme par enchantement, voici qu’on annonce que la peine est commuée en prison à vie, puis qu’on commence à parler de libération. Bravo.

Qui pourrait s’en plaindre? Certainement pas les intéressées et le médecin qui les accompagne. Mais alors qui? Les lybiens? trop heureux d’avoir encore joué un pendable tour à la diplomatie européenne, certainement pas. Les diplomates européens qui suivaient le dossier depuis plusieurs mois? Allons, un petit coup de pouce de Madame Sarkozy, cela n’a certainement pas pu faire de mal. Nicolas Sarkozy himself? Certainement pas, trop heureux de voir sa chère et tendre occuper la une sur des sujets qui ne fâchent pas. Bernard Kouchner, privé de vedettariat? Non, certainement pas, comment voulez-vous qu’il réussisse en quelques semaines ce que nul ministre des affaires étrangères n’a réussi en plusieurs mois. Non, je ne vois qu’une personne qui pourrait se sentir blessée par la réussite de la jeune épouse de notre jeune président: Bernadette Chirac. Car avec ce petit coup médiatique en plein mois de juillet, elle vient de reléguer Bernadette et ses pièces jaunes à un siècle de distance…

NB 1: Avant de crier victoire, attendons quand même la libération effective des dites otages.

NB 2: Et avant de célébrer le courage, l’enthousiasme, la persévérance, etc. de Cecilia Sarkozy, attendons de voir ce qu’elle fera sur des dossiers autrement plus complexes, comme celu ide Mme Betancourt ou de Gilad Shalit…

NB 3: Mais au fait, ce voyage à Malte, n’était-ce pas pour… vous voyez ce que je veux dire, Malte, Tripoli, une heure de vol… non, je m’égare sans doute.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?