En musique sur l’autoroute avec internet…

Je me souviens des longs parcours en voiture sur l’autoroute, lorsque nous descendions vers la côte d’azur avec mes parents, dans notre vieille DS blanche. Un autoradio Blaupunkt un peu miteux permettait d’écouter je ne sais plus quelle station périphérique, RTL ou Europe 1 sans doute. L’autoradio crachotait. Heureusement, la bande FM est venue changer tout cela, avec l’achat du véhicule suivant. Je me souviens bien de mon engouement: on pouvait écouter la radio sous les tunnels (les jeunes générations ne le savent pas, les grandes et les petites ondes ne franchissent pas les obstacles…). Puis en une dizaine d’années, la technologie permettant d’écouter de la musique a complètement évolué. Les autoradios sont devenues de mini-chaînes stéréo, la cassette puis le CD et le DVD ont bouleversé nos habitudes. Nos véhicules se sont remplis de cassettes (dont la bande ramollissait sous la chaleur), puis de disques qui ont pris la poussière. L’internet mobile est en train de bouleverser tout cela.
blaupunkt
Comment? Tout simplement par la capacité d’écouter de la musique en streaming, sur un smartphone, puis de la rediffuser sur son équipement audio, via un cable ou le bluetooth. J’en ai fait l’expérimentation sur un trajet long ce dimanche, 9h de routes entre Juan les Pins et Paris, en utilisant deux applications principales: Spotify et Radioline.

Inutile de présenter Spotify, c’est déjà fait ici. Cela fonctionnerait de même avec Deezer. Il est préférable de télécharger les playlists que l’on souhaite écouter sur le trajet au préalable, sous peine de pâtir de blancs sonores sur les zones mal couvertes en 3G / 4G. Spotify (et Deezer) permettent d’accéder à un répertoire d’une richesse inouïe, ce qui change bien entendu de nos stocks de cassettes ou de DVD d »jà écoutés des dizaine de fois. Le mode « Radio » permet de découvrir des morceaux plus ou moins connus, en rapport avec ceux d’une playlist ou d’un morceau spécifique.

radioline
Radioline est une application qui permet de recevoir des stations de radio sur son smartphone. Le catalogue est là aussi assez riche: outre les stations françaises, on peut accéder à une grande variété de radios étrangères, de diffusion parfois très localisée. Pour mon trajet, je suis resté un bon moment sur Spectrum FM (une station anglophone de la région de Marbella) et Radio Monte-Carlo (la version italienne, pas notre RMC national, mais plutôt dans la lignée de RMC2).

Par rapport aux autoradios traditionnels, ces applications offrent une richesse musicale et une variété incomparable. Inutile de partir avec son stock de CD, même archi remplis, on peut accéder aux morceaux ou à la station qu’on souhaite à tout moment. Deux points importants doivent cependant être mentionnés.

  1. Ces applications consomment de la data. Pour 9h de trajet, j’ai mangé environ 600Mo, ce qui est énorme, pour un forfait 10Go mensuel (chez Orange, et oui, je pourrais passer chez Free pour accéder aux 50Go, mais avec Free, la 3G est très aléatoire…). 600Mo en 9 heures, c’est 66,67/Mo par heure, soit 1,11Mo par minute, soit 148kbit/seconde. C’est encore énorme, et je ne sais pas combien de données redondantes il font passer pour arriver à ce total. Apparemment, Spotify est plus gourmand que Radioline, mais ça reste à vérifier plus précisément.
  2. Les interfaces des smartphones ne sont pas faites pour être utilisées en conduisant. Résultat: soit vous faites appel à votre passager pour les manipulations (changement de playlist, recherche de station…) soit vous contrevenez avec la loi, et prenez de très gros risques sur autoroute, à plus de 110 ou 120 km/h. C’est encore pire si vous utilisez un GPS en application principale, et l’une des deux autres en tâche de fond (oui, ça marche parfaitement). Il serait probablement temps que des constructeurs (d’autoradio ou de véhicule) proposent des interfaces natives vers ces applications musicales, avec puce 3G intégrée… Mais peut-être est-ce déjà le cas (apparemment ça l’est chez BMW), je n’en sais trop rien, mon véhicule date de presque 10 ans…

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?