Comment suivre les conteneurs à la dérive?

Il arrive que deux événements apparemment indépendants se produisent d’une manière quasi simultanée, venant se télescoper et offrant ainsi un peu plus de relief l’un à l’autre. C’est ce qui me pousse à écrire pour parler du cas de ces 270 conteneurs à la dérive en Mer du Nord, alors que le même jour ou presque, nous mettions en ligne le site d’un de nos clients, Astrocast.

Le MSC Zoe, un porte-conteneurs construit par la société sud-coréenne Daewoo, et battant pavillon panaméen, a été mis en service en 2015 (vous pouvez suivre ici son actualité). D’une longueur de près de 400 mètres (4 terrains de foot !), il peut transporter jusqu’à près de 19 000 conteneurs. Plus précisément, 19224 EVP pour équivalent vingt-pieds, la longueur d’un des deux formats de conteneurs les plus courants.

Ça vous rend dingues, n’est-ce pas, de telles mensurations? Et oui, chers lecteurs, c’est ça la mondialisation. Une armada de bateaux gigantesques qui sillonnent les océans pour nous livrer nos téléviseurs, nos montres connectées, les pièces détachées de nos véhicules ou des denrées alimentaires qui ne poussent pas dans nos contrées en hiver. Rien de bien méchant, juste un immense réseau passant par des ports dont l’importance, dans le fonctionnement de nos économies, passe sous silence. Alors qu’il s’agit d’un sujet clef. Des 10 ports qui présentent la plus forte capacité, 7 sont situés en Chine et ont une capacité supérieure à 10 millions d’EVP par an…

Bref, notre ami le MSC Zoe, faisant route du port de Sines au Portugal (capacité de 1,5 millions EVP, classé à la 92-ème position mondiale) vers le port de Brême (capacité supérieure à 5 millions d’EVP, classé à la 26-ème position mondiale) a été pris dans de fortes rafales de vent – cela arrive, en Mer du Nord. Et a laissé malencontreusement quelques conteneurs tomber à l’eau. Comment? On ne le saura pas. Ce qu’on sait, c’est que certains contiennent des produits apparemment inoffensifs, mais d’autres des produits plus toxiques, comme du peroxyde organique.

Les peroxydes ont été découverts il y a près de deux siècles par un ancien élève de l’École polytechnique, Joseph Louis Gay-Lussac, en collaboration avec un professeur de la même institution, le baron Louis Jacques Thénard. Il s’agit de composés chimiques comportant une liaison O-O instable, ce qui permet de nombreux usages industriels, pour concevoir des polymères ou des résines. Bref, pas un truc avec lequel on aimerait se retrouver face à face, lorsqu’on prend son bain en Mer du Nord (ce qui est fort heureusement assez rare).

Convenez-en, il aurait été bien utile, aussi bien aux armateurs du MSC Zoe qu’à la compagnie qui espérait récupérer ses conteneurs de peroxydes organiques, de pouvoir retrouver leurs zinzins assez rapidement avant que les conteneurs ne s’échouent et ne déversent leurs contenus – ce qui, probablement, n’aura pas un effet aussi dévastateur qu’une marée noire, mais pourrait importuner quelques espèces aquatiques passant par hasard à proximité de nos EVP.


C’est là qu’intervient la technologie conçue par Astrocast. Cette start-up suisse, fondée il y a quelques années à peine par des anciens de l’EPFL, à conçu un dispositif de nano-satellites qui permettent de traquer des dispositifs mobiles, en utilisant une faible bande passante. Leur premier nano-satellite de test a été lancé il y a quelques semaines, via le Smallsat Express propulsé par une Falcon-9 de SpaceX. La constellation complète sera mise sur orbite d’ici l’année prochaine. Comme l’illustre le cas du MSC Zoe, il ne s’agit absolument pas d’une n-ième start-up au modèle économique éthéré, comme on en voit fleurir si souvent, mais bien d’une entreprise dont l’offre répond à des besoins industriels critiques.

Alors si par hasard il vous arrive de commandes quelques conteneurs à l’autre bout du monde, et si vous vous angoissez sur leur avenir en cas de gros coup de vent durant le trajet, allez faire au tour au CES: vous pourrez y rencontrer l’équipe d’Astrocast et , pourquoi pas, mettre un terme à vos cauchemars…

Cet article vous a plu? Partagez-le!