Paul Robert – L’aventure du dictionnaire Robert

La France de la fin du XXème siècle se divisait en deux: ceux qui possédaient un Larousse, et ceux qui possédaient un Robert. Rares étaient ceux qui s’offraient le luxe de ces deux dictionnaires de la langue française. Chez les Kabla, on était plutôt Robert. Et même plutôt trois fois qu’une, avec le petit, le grand (en 7 volumes) et le petit Robert 2, celui des noms propres. Pourtant, je restais intrigué chaque fois qu’un Larousse me tombait entre les mains.

Il m’aura fallu passer par la lecture de la passionnante biographie de Paul Robert par son petit-fils, Jérôme, pour en comprendre la raison. Alors que le Larousse est un dictionnaire encyclopédique, le Robert est un dictionnaire analogique. Autrement dit, si on trouve l’orthographe des noms communs dans chacun de ces deux ouvrages, on n’y trouve pas les mêmes explications. Planches et illustrations qui font la force du premier, laissent la place à des listes de termes analogues – d’où l’expression de dictionnaire analogique de la langue française – ce qui offre un avantage indéniable à l’auteur en quête de synonymes ou d’expressions associées. De fait, le Robert est probablement le dictionnaire préféré des auteurs de langue française.

Au-delà de ces explications, Jérôme Robert revient sur la genèse du Robert, le projet de ce rejeton d’un notable pied-noir, en Algérie, qui comprend que le dernier grand dictionnaire de la langue française, le Littré, ne parvenait plus à remplir son office, du fait de l’absence de mises à jour suite à une décision stupide de la fille de l’auteur. Paul Robert s’attelle donc à la tâche au sortir de la seconde guerre mondiale: il lui faudra plus de vingt ans pour venir à bout de son projet, et diffuser, volume après volume, le « Grand Robert » en 7 volumes (ayant possédé le petit Robert avant ce dernier, j’ai toujours cru qu’il l’avait précédé chronologiquement, ce qui est faux). Comment il le finança – en mode participatif – et ce qu’il advint de la société qui le distribua.


Voici à quoi ressemble Le Robert en 7 volumes (photo Le Bon Coin). Il m’a fallu 30 ans pour accepter de me débarrasser de la protection en plastique transparent

Au-delà de l’extraordinaire histoire de ce projet, ce livre consacré à Paul Robert recèle d’anecdotes, parfois très douloureuses et personnelles, sur la vie de la famille Robert. Le petit-fils du lexicographe, Jérôme, polytechnicien comme son père, a perpétué la tradition des dictionnaires, en se reprenant le projet de son père (mené sans le soutien du grand-père), un dictionnaire des sciences et techniques.


Le dictionnaire le Petit Robert fête ses 70 ans

Cet article vous a plu? Partagez-le!

A propos de Herve Kabla

Hervé Kabla, président de be angels, cofondateur de The Daily Finance et de la série des livres expliqués à mon boss avec Yann Gourvennec.

3 commentaires à propos de “Paul Robert – L’aventure du dictionnaire Robert”

  1. Aujourd’hui, avec mon iPad et mon iPhone, je suis devenu macronien: je suis Robert et en même temps je suis Larousse 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*