Le CNRS porte sa capacité de calcul au troisième rang mondial

Le Monde l’annonçait hier après-midi, le CNRS a fait l’acqusition d’une bête de course, une plateforme de calcul intensif de 207 teraflops, conçue par IBM. L’ensemble comprend dix armoires Blue Gene – non, il ne s’agit pas de dix armoires de blue jeans – de 139 teraflops et de huit modules Power 6 de 68 teraflops. Cette plateforme sera ouverte à tous les chercheurs, du secteur public et du secteur privé. Elle servira pour différents usages: océanographie, climatologie, astrophysique.

Seuls deux organismes sont dotés de machines plus puissantes: le Department of Energy américain, avec une machine à 596 teraflops (IBM aussi), et le Forschungszentrum Jülich allemand avec 220 teraflops (IBM aussi). En fait, IBM détient environ la moitié des 500 plus gros sites de supercomputing.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?