Google Maps, plus fort que 007

Dans les années 60, la guerre froide battait son plein, on allait surveiller l’ennemi à coup d’avion espion, comme le célèbre U2. De nos jours, plus la peine de risquer la vie de vos agents. Un accès ADSL et un peu de patience suffisent. La preuve? Un certain Hans Kristensen (un agent double en mission, sans doute…) a réussi à identifier le futur sous-marin nucléaire chinois sur une image proposée par Google Maps.

Eh oui, nos amis les généraux chinois avaient oublié la règle numéro par ces temps de satellite espion, de rechauffement planétaire et de Google Maps: on ne sort jamais un sous-marin de l’eau par ciel bleu… D’ailleurs, nos militaires à nous l’ont bien compris. Ils envoient de superbes nuages planer sur nos installations militaires quand les satellites passent prendre des photos… Plus forts que les GI, qui se sont laisser surprendre en plein Bagdad!

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?