Intelligence artificielle dans la banque: emploi et compétences

Sous ce titre un peu ronflant se cache un excellent rapport de plus de 100 pages, publié par l’Observatoire des métiers de la banque. L’Intelligence artificielle est en effet un sujet qui suscite bien des interrogations, tant il est difficile de distinguer ce qui relève des effets de mode et d’une certaine forme d’intoxication médiatique, de ce qui est relève du possible, à court ou moyen terme. Pour répondre à celles et ceux qui se posent des questions, il est en effet difficile de s’y retrouver dans le jargon et une certaine forme d’enfumage. Olivier Ezratty est parvenu à fournir un dossier extrêmement détaillé sur ce sujet, de plus de 300 pages, qui intéressera probablement plus ceux qui cherchent une vision d’ensemble du sujet. Pour ceux qui préfèrent assayer de comprendre ce qui va changer dans leur domaine, rien ne vaut une analyse sectorielle, et c’est ce à quoi se livrent, pour l’univers de la Banque, les auteurs de ce rapport, Benoît Jullien et Robin Dupuis sous la direction de Pierre Blanc.

« L’intelligence artificielle (IA) fait la une des médias à chaque victoire de la machine sur l’Homme au jeu ou dans des challenges. Ce fut le cas pour le jeu d’échecs, le Jeopardy!, le jeu de Go ou, plus récemment, le poker ou la reconnaissance d’images.
Dans le même temps, les rapports se multiplient en France ou à l’étranger abordant entre autres, les impacts négatifs potentiels de l’IA sur l’emploi, exercice qu’il est quasi-impossible de réaliser tant les activités diffèrent d’un métier à l’autre et évoluent dans le temps. Des ouvrages récents vont jusqu’à s’interroger sur le rôle de l’Homme dans la société. Les avis des experts sont très partagés à ce sujet. Aucun consensus ne se dégage, sauf celui sur l’accélération de la diffusion des technologies dans notre quotidien et sur le caractère novateur des transformations induites. Certains annoncent le remplacement pur et simple de l’Homme par la machine, tandis que d’autres prédisent une cohabitation plus harmonieuse. Tant est si bien qu’il est difficile de se faire une idée précise de ce que sera demain avec l’intelligence artificielle. Faute d’explications et de perspectives consensuelles, cette période devient anxiogène et crée des tensions.
 »

l’introduction de ce rapport pose rapidement les données du problème: on parle d’IA à longueur de journée, à chaque succès médiatique, mais qu’en est-il réellement dans le quotidien des millions de gens qu’on intoxique peu à peu en leur promettant des lendemains qui déchantent?

Les auteurs livrent une vision objective des avancées et des perspectives, selon 4 axes:

  1. dresser un état des lieux du secteur et appréhender le déploiement de l’IA au sein des organisations.
  2. identifier les activités et les compétences impactées (disparitions, transformations) et les nouvelles activités ou compétences liées à l’IA
  3. identifier les impacts des outils IA sur les parcours professionnels
  4. étudier les impacts sur le rôle managérial.

Je vous laisse sans plus attendre vous livrer à la lecture de ce rapport, que vous pouvez librement télécharger via le site de l’Observatoire des métiers de la banque.

Sharing is caring!