Google moins

Sic transit gloria mundi. Google+ (prononcer Google Plus) s’apprête à vivre ses dernières semaines. Il était déjà moribond, mais là, c’est l’état de mort clinique. La faute à une faille de sécurité découverte récemment, dixit Google himself. Très sincèrement, je doute qu’il reste encore beaucoup de monde pour regretter cette disparition annoncée. Je me demande même s’il reste des utilisateurs de ce réseau social inventé par Google en 2011 pour contrer la montée en puissance de Facebook. Avec le succès qu’on peut constater, d’ailleurs…

J’ai longtemps comparé Google Plus à une cité fantôme. Ou une boîte de nuit vide: dès qu’on y met les pieds, on s’empresse d’aller voir ailleurs, là où il y a du monde et de l’ambiance, c’est à dire … sur Facebook. Google+ a bien joué son rôle de repoussoir, et a peut-être contribué à renforcer la place centrale de Facebook.

Pourtant, il y avait plein de concepts sympa, à l’origine, dans Google+, comme les cercles, l’interconnexion avec les autres outils Google (en particulier la messagerie). En revanche, j’ai toujours été plus que dubitatif sur l’impact sur le référencement, que tant de personnes ont mis en avant pour justifier l’usage de Google+.

EN 2011, j’avais écrit, je m’en souviens encore, deux articles sur le blog de l’agence, suite à la sortie de Google Plus. Le premier, positif, en vantait les mérites. Le second, négatif, mettait en avant ses lacunes, et lui prédisait un avenir peu glorieux. Cet article là m’avait valu des commentaires peu élogieux d’aficionados de Google+. J’ai une pensée pour eux, ce soir, en me disant qu’ils devront peut-être aller créer un compte sur Facebook…

Cet article vous a plu? Partagez-le!

A propos de Herve Kabla

Hervé Kabla, président de Else & Bang, cofondateur de The Daily Finance et de la série des livres expliqués à mon boss avec Yann Gourvennec.

Une réponse à “Google moins”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*