8e commandement: Tu ne voleras point

L’avion a beau être, statistiquement, le moyen de transport le plus sûr du monde, il se produit, en moyenne disons tous les 5 ans, une catastrophe aérienne hypermédiatisée, sur un vol international en général, catastrophe dont l’impact peut être terrible chez ceux qui étaient déjà indisposés au moindre trajet en avion:

  • 1977: catastrophe de Tennerife, deux Boeing rentrent en collision sur l’aéroport
  • 1992: crash d’un Airbus au mont St-Odile
  • 1996: crash du vol 800 de la TWA (NY-Paris)
  • 2000: crash d’un Concorde
  • 2003: crash d’un Airbus à Sharm El Cheikh
  • 2009: crash du vol Air France AF447 (Rio-Paris)

Mise à jour de juillet 2019

  • 2014: année terrible pour Malaysia Airlines, qui perd deux avions (MH 370 et MH 17 abattu au-dessus de l’Ukraine)
  • 2019 (et fin 2018): deux 737 max, de Lion Air et Ethiopian Airlines se crashent au décollage

Et encore, je mets de côté les catastrophes qui se sont produites sur des vols locaux, et ceux dus à des actes terroristes (11 septembre 2001, Lockerbie, etc).

Et pourtant, répétons-le (méthode Coué), l’avion reste le moyen de transport le plus sur. Comment s’en convaincre, si l’on est sujet à des angoisses répétées à bord d’un avion, à l’atterrissage, au décolage ou à la traversée de la moindre zone de turbulence?

Sur son excellent blog d’entreprise, la compagnie aérienne Finnair revient sur cette angoisse finalement assez répandue: voler, cela peut faire peur. L’auteur de cet article, un pilote d’Airbus dénommé Tommi Vänskä, revient sur quelques éléments qu’il n’est pas inutile de rappeler, alors que l’idée de votre prochain vol provoque chez vous sueurs froides et frisson, et risque fort de vous gâter la nuit qui précède l’embarquement:

  • En volant, vous confiez votre vie à des personnes responsables, hyper entraînées. Aucune autre activité humaine n’est aussi surveillée et régulée que le transport aérien (à part peut-être le nucléaire et l’armée?)
  • Le moment le plus dangereux, lors d’un voyage en avion, se situe lors de vos accès à l’aéroport (et souvent dans le taxi qui vous mène de l’aéroport de destination à votre chambre d’hôtel…). Le saviez-vous?
  • L’alcool et les médicaments ne peuvent rien contre l’angoisse du vol
  • Ne vous focalisez-pas sur votre angoisse, cela ne fait que l’alimenter et l’accroître. Au contraire, apprenez à maîtriser des méthodes de relaxation type fen-shui, et emportez de la lecture avec vous.

Voilà, rien de tel que de l’écrire pour en être convaincu. Et si en vous penchant par le hublot vous croisez la silhouette métallique d’un autre vol en vous disant « mince, il n’est pas passé loin celui-là », sortez votre appareil photo numérique et immortalisez cet instant!

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?