Slumdog Millionaire

Rarement œuvre littéraire aura été aussi éloignée de son écriture cinématographique. Et rarement les deux versions d’une même œuvre auront suscité un plaisir aussi jubilatoire. Car en passant de Ram Mohammed Thomas à Jamal Malik, les scénaristes et autres adaptateurs de Slumdog Millionaire ont pris des libertés saisissantes avec le livre Q&A de Vikas Swarup.

Certes, dans les deux cas, on y raconte l’histoire ahurissante d’un garçon des bidonvilles qui réussit à répondre correctement à douze questions d’un célèbre jeu télévisé (diffusé en France sur TF1 sous le nom « Qui veut gagner des millions »), qui de ce fait se retrouve suspecté de tricherie, et doit justifier chaque réponse en dévoilant comment le hasard de la vie l’a amené à connaître la bonne réponse qui lui servira ultérieurement pour gagner le jeu télévisé.

Mais le livre est bien plus noir et plus sordide que son adaptation pour le cinéma ; son récit plus palpitant ; sa structure plus réelle. Et son épilogue complètement différent.

Inutile de vous dévoiler les ressorts de l’intrigue : si vous avez aimé le film, vous adorerez le livre.

Cet article vous a plu? Partagez-le!

Découvrez d'autres articles sur ce thème...

A propos de Herve Kabla

Hervé Kabla, directeur général de be angels et co-fondateur de Media Aces

3 commentaires à propos de “Slumdog Millionaire

  1. Je serai curieux de lire le livre puisque vous le dites si bien. j’ai en effet vérifié que l’adaptation d’un livre obligeait souvent des coupes regrettables. Ce qui est intéressant dans le succès de cette histoire qui va recevoir la récompense suprême des Oscars mais surtout du public, c’est la morale. Les plus pauvres comprennent le contraire des propos prêtés à Jamal Malik, l’ado orphelin qui va gagner 20m de roupies ne cessent de dire que son destin (bhagya) est écrit. Tout le monde comprend que le destin apparent d’un enfant, très mal barré, peut changer par la volonté de gagner quelque chose ou quelqu’un. Toutes les actions entreprises par l’enfant pour retrouver l’amour de sa vie vont par le jeu du hasard et de la chance (le destin) aboutir. Le jeune ado gagne des millions qu’il ne voulait pas gagner…(contrairement à la grande majorité de notre société)

  2. Le « c’était écrit » est absent du livre. Tout au contraire, Ram Mohammed Thomas est en quelque sorte témoin d’événements aléatoires, et c’est sa capacité à prendre la bonne décision qui l’oriente au fur et à mesure de ses rencontres. Deux histoires différentes, sur un même principe. Amusant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*