Invitation à la philosophie des sciences

Découvert récemment à l’APM, Bruno Jarrosson est non seulement un conférencier talentueux, mais un auteur prolixe. De la trentaine d’ouvrages qu’il a publiés, j’ai chois, pour commencer, son Invitation à la philosophie des sciences, livre paru il y a 25 ans déjà, et dont la phrase clé résume bien le propos: toute connaissance alourdit le fardeau de l’ignorance .

philosophie des sciencesAvant d’en arriver à ce constat, Bruno Jarrosson déroule un exposé scientifique d’une clarté remarquable, qui traverse les âges et les savoirs. Déroulant son propos de la représentation du monde par les savants grecs de l’antiquité jusqu’à la confrontation entre Einstein et les tenants de la mécanique quantique, l’auteur va au bout des conséquences issues des trois prémisses implicites de l’enseignement des sciences:
– la science est vraie
– la science est fondée sur des faits
– la science avance de façon cumulative

En réalité, la science progresse par remise en cause des savoirs acquis par les générations précédentes. Cela suppose une certaine dose de créativité, d’imagination, que ne peuvent d’ailleurs se permettre que de jeunes scientifiques, capable de sortir du cadre, et de créer, à partir des mêmes observations que celles effectuées par d’autres savants, une information différente.

Extrêmement fluide et bien écrit, ce livre n’est pas un ouvrage de vulgarisation scientifique, mais un traité dont l’objectif est bien d’illustrer le côté paradoxal de toute démarche scientifique: alors qu’elles cherchent à nous permettre de mieux comprendre le monde, les sciences ne font que créer les raisons mêmes de poursuivre cette quête qui n’aboutira jamais. Chaque découverte, aussi bien en mathématique qu’en physique, résout peut-être les interrogations passées, mais crée par elle-même de nouveaux questionnements qui sont susceptible de la remettre en question. Bref, la science s’auto-alimente en énigmes à résoudre…

Cette invitation à la philosophie des sciences intéressera donc tous ceux qui, au sortir de leurs études – scientifiques ou non – se sont posés, un jour, la question de savoir à quoi tout cela peut bien servir. En un peu plus de deux cents pages, ils commenceront à entrevoir la réponse…

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?