Ubériser un marché: quels risques … et quelles opportunités?

Chaque année, David Fayon sonde ses lecteurs pour élire le mot numérique de l’année. En 2015, j’ai voté pour « ubériser« , et je suis certain que c’est lui qui sortira vainqueur de ce mini-sondage, face à flat design, licorne ou transhumanisme.

Pourquoi? Parce que ce néologisme, né de l’impact de la société Uber, venue en quelques mois bousculer le secteur du transport urbain et des taxis, dans plusieurs grande villes occidentales, est en train de devenir un standard, dès qu’il s’agit de définir le caractère d’une startup capable de révolutionner un secteur. Et de fait, tout le monde veut ubériser son marché, ses concurrents (on parle même d’un acteur du secteur des VTC qui voudrait ubériser Uber…).

Mais est-ce vraiment sans risque, et l’ubérisation d’un secteur est-elle une stratégie gagnante … ou particulièrement risquée? Les récentes grèves et manifestations qui ont conduit le gouvernement à interdire le service UberPOP montrent qu’on ne peut, effectivement, pas tout se permettre, sous prétexte d’ubériser une profession.

©PHOTOPQR/LA PROVENCE ; SPEICH Frédéric MARSEILLE LE  26/06/2015 Mouvement de grève national des chauffeurs de taxi pour protester contre la mise en place de l'application Uber Pop Ici devant le Conseil départemental (MaxPPP TagID: maxnewsworldthree781526.jpg) [Photo via MaxPPP]
©PHOTOPQR/LA PROVENCE ; SPEICH Frédéric MARSEILLE LE 26/06/2015 Mouvement de grève national des chauffeurs de taxi pour protester contre la mise en place de l’application Uber Pop
Ici devant le Conseil départemental (MaxPPP TagID: maxnewsworldthree781526.jpg) [Photo via MaxPPP]

Les risques et les opportunités de l’ubérisation, c’est le thème de la soirée organisée par le cabinet ALTO Avocats, qui accompagne les besoins juridiques de nombreuses startups parisiennes, se propose d’étudier lors d’une soirée organisée le 16 décembre prochain, de 19h30 à 22h, dans leurs locaux 9 rue Tassé à Paris, et lors de laquelle j’aurai le plaisir d’exprimer mon point de vue en compagnie d’Alexandre QUINTARD KAIGRE, directeur des affaires publiques d’Uber France.

Cet événement est ouvert à tous. Entrée libre, mais inscription préalable obligatoire.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?