Connaissez-vous Libra ?

Vous avez aimé le Bitcoin? Vous allez adorer Libra, la nouvelle monnaie, annoncée hier par Facebook. Une crypto-monnaie, bien entendu: une monnaie virtuelle, dont les mécanismes de sécurité s’appuient sur un concept de stockage et transmission basée sur une validation « communautaire », qui fait beaucoup parler d’elle depuis quelques années. Loin des petites annonces à deux balles, où telle ou telle plateforme annonce avoir développé des technologies dont on aurait bien pu se passer pendant quelques siècles, Libra promet d’être quelque chose de différent et de révolutionnaire.

La crypto-monnaie pour tous !

Dans son essence même, pour commencer. Des crypto-monnaies, cela fait quelques années qu’on en voit circuler, et pas que du bitcoin. En avez-vous déjà acheté? Moi, pas encore, mais cela ne saurait tarder. Mais ce qui change, ici, c’est que cette crypto-monnaie là est supportée par une organisation commerciale qui a fait parler d’elle, et pas toujours en bien, depuis une quinzaine d’années: Facebook.

Ou plus exactement, la « Libra Association« , à laquelle Facebook participe, en compagnie de quelques autres entreprises, et non des moindres: Paypal, Mastercard, Visa, Stripe, eBay, Uber, Spotify… et même – Cocorico! – Iliad. Quels seront les rôles et les responsabilités dévolus à tous ces gens? Certains s’occuperont des moyens de paiement, d’autres des télécommunication, et d’autres encore, des technologies et des places de marché – c’est là où logera Facebook, à la même enseigne que eBay ou Uber.

À qui s’adresse un tel service?

À toute l’humanité, pardi ! Aux 2 milliards et quelques d’utilisateurs de Facebook. Mais pas uniquement à ceux-là. Aux centaines de millions d’individus qui n’ont pas un accès facile aux systèmes bancaires. À ceux qui n’ont pas un réseau de qualité, à ceux qui doivent encore payer des taxes pour transférer de l’argent d’un pays à l’autre. Il y a plein de raisons pour lesquels un individu pourrait, un jour, se dire qu’il ferait mieux de passer par Libra que par des dollars ou des euros. Bien sûr, parmi ces raisons, certaines sont moins honnêtes que d’autres. Mais tout système conduit à des dérives, et le dollar ou l’euro ne nous ont préservé ni des crises mondiales, ni des arnaques à distance, ni du blanchiment d’argent. Au moins pourra-t-on se dire que des intérêts économiques différents de ceux des acteurs qui sont aux commandes à ce jour entreront en jeu, et conduiront, probablement, à d’autres formes de contrôle.

Où sont les réserves?

C’est vrai ça, toute monnaie s’appuie sur une réserve, un mécanisme qui permet de s’assurer de la solvabilité des échanges, ou de lutter contre la spéculation à outrance. La FED aux US, la BCE en Europe. Qui jouera ce rôle avec Libra. Et bien, c’est expliqué ici, et je dois avouer que pour le néophyte que je suis, ce sera loin d’être clair.

Quels types d’échanges auront lieu entre la réserve Libra, et ses homologues? Comment va réagir la Chine? Et Donald Trump? Les décisions prises par le patron de la FED auront-elles un impact sur l’évolution de Libra? Et vice-versa? Je n’en sais fichtre rien, et il appartient désormais aux économistes de tout bord de se pencher sur ce que cela va changer. Cela promet d’être passionnant.

Un monde nouveau, qui bouscule l’ordre établi

Il faut bien comprendre qu’une crypto-monnaie supportée par Facebook, Visa ou Mastercard, ce n’est pas tout à fait la même chose que le bitcoin ou l’ethereum: c’est déjà plus sérieux. Demain, les échanges pourront se faire dans une monnaie sur lequel aucun autre GAFAM n’a (pour l’instant) d’emprise. Autrement dit, des échanges financiers se produiront en « Libra coin », des achats pourront être effectués, peut-être plus facilement qu’avec les autres monnaies. Mais ni Apple, ni Amazon n’auront de droit de regard. Vous imaginez un peu, ces mastodontes, rester en dehors d’une telle transformation?

Pour les développeurs d’application, c’est aussi un monde nouveau qui se crée, et, cerise sur le gâteau, en respectant le dogme de l’open source. Tout est documenté ici.

Ile st encore trop tôt pour évaluer les chances de succès. Mais il n’est pas trop tard pour imaginer les changements induits. Pour cela, je vous recommande deux lectures:

  • le livre blanc de Libra, un document qui vous en dira plus sur la genèse du projet et ses futurs développements
  • un livre dont j’avais déjà parlé sur ce blog, si l’argent m’était conté, et dont la lecture ou la relecture, à l’aube d’un nouveau système monétaire, n’en devient que plus urgente

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?