Small bang theory

L’être humain est un pantouflard : il a horreur des surprises. J’en veux pour meilleur exemple le petit incident qui a fait basculer l’Ile de France en mode panique hier, en fin de matinée.

Rappelons les faits.

Il est 11h57 approximativement. France Info s’apprête à diffuser le journal de la mi-journée, dans les classes bondées d’élèves masqués, ça transpire en écoutant les enseignants faire leurs cours. Dans les open spaces à moitié vides pour cause de télétravail, on se prépare à choisir la destination repas du midi : MacDo ou Sushi. Bref, business as usual. Dans son pavillon de banlieue, mémé Germaine passe nonchalamment l’aspirateur. À Roland Garros, Dominik Köpfer s’apprête à servir dans un stade désert.

Soudain, une détonation retentit.

Boum.

Dans certaines maisons de banlieue, les fenêtres et les murs se mettent à vibrer. Les élèves qui s’endormaient tranquillement au son de la voix de leur professeur étouffée par le masque anti-covid s’éveillent en sursaut. Dans l’open-space, les têtes se relèvent, les regards se croisent, des yeux inquiets interrogent d’autres yeux inquiets. France Info ne bronche pas. Dominik Köpfer et Stanislas Wawrinka lèvent les yeux au ciel. Mémé Germaine n’a rien entendu.

https://twitter.com/doublefault28/status/1311244168501628928?s=20
Tu l’as entendu Stan ? Oui Dom.

Boum ou Bang ?

Qui dit détonation dit explosion. Et des explosions accidentelles, il y en a eu par le passé. Les plus anciens se souviennent d’AZF, les plus jeunes de Lubrizol, ou de Beyrouth, il y a quelques semaines. Les plus impassibles pensent à un camion qui a eu du mal à décharger sa cargaison. Les plus soupçonneux se précipitent aux fenêtres, guettant l’apparition du nuage de fumée. Mais rien, le ciel reste anormalement dégagé.

Alors les plus habiles se mettent au travail, direction Twitter. On tweete, on scrute, on hashtag. #Boum, #explosion. Bref, on attend les explications. Et les explications arrivent assez vite. Un avion de chasse vient de passer le mur du son au-dessus de Paris. Un événement relativement rare, mais capable de créer une vague de panique et d’inquiétude bien plus éloquente que le boum d’origine.

En réalité, ce qui fait peur et inquiète, c’est l’irruption de l’inattendu dans notre quotidien. La surprise, autrefois, émerveillait ou agaçait. Désormais, elle creuse les traits et produit une souffrance inédite. Cinquante années de terrorisme sont passées par là.

Tanguy et Laverdure sont-ils de retour ?

Qu’on franchisse le mur du son, soit, mais qu’on prévienne avant. On imagine bien ce que cela donnerait, si on devait imposer aux pilotes de prévenir la populace pour qu’elle évite de s’inquiéter. Un échange du style :

-Tango 1 à la base, demande autorisation de franchir le mur du son

-La base à Tango 1, patientez un instant, notre CM va balancer le tweet qui s’impose … Voilà, c’est fait, allez-y Tango 1 et bon vol.

L’anti-France va bien se marrer…

Quel homme !

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?