La Poste se lance dans les objets connectés avec PostAccess #LaPosteIOT

Après la digitalisation du point de vente et l’impression 3D, voici le 3e événement organisé par la direction de l’innovation du groupe La Poste, une matinale consacrée aux objets connectés.



La direction de l’innovation fonctionne en mode startup, avec un focus sur le delivery. L’objectif principal est de simplifier la vie des clients, en se posant également sur l’aspect intrusif ou non de l’innovation. C’est ainsi qu’ils se sont posés la question de la gestion des accès.

La solution présentée s’appelle « PostAccess ». Elle permet à la fois aux particuliers et aux professionnels de gérer les accès au domicile, avec plusieurs fonctionnalités: verrouillage / déverrouillage, gestion des accès selon les horaires (accès permanent aux enfants par exemple, mais limité dans le temps pour la femme de ménage, le voisin qui rend service ou les locataires de passage via une location sur AirBnB), notification des accès, détection des tentatives d’effraction, etc.

Un système de pilotage via une appli sur smartPhone (iOS, Android) permet de gérer toutes ces fonctionnalités. Pour les enfants, qui n’ont pas forcément un smartphone, un bracelet connecté avec une puce RFID permet de servir de clef électronique, beaucoup moins chère qu’une clef sécurisée classique (4€ contre plus de 70€ dans le second cas).

clefs securisees

Les données collectées par ce type de système sont sensibles. Elles sont hébergées en France.

Le système ne nécessite ni perçage, ni câblage. Pour rassurer les clients réticents au changement, la serrure PostAccess comporte toujours un cylindre (norme européenne) et une clef. Parmi les avantages pour les particuliers, précisons par exemple le fait de claquer sa porte d’entrée avec la clef restée insérée à l’intérieur.

Le lancement de PostAccess se fer le 26 janvier, d’abord dans le sud-est de la France. La Poste assurera l’installation. Bien entendu, le système sera proposé aux particuliers et aux entreprises.

Le pricing sera basé sur un abonnement, qui permettra de gérer un nombre de clefs illimité.

Note: petit retour sur l’impression 3D, une remarque intelligente: à partir des données 3D d’un objet, on est capable de construire « le négatif » de ce même objet, le moule en quelque sorte, et donc de concevoir un emballage spécifiquement adapté…

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?