HHhH

Derrière ce titre imprononçable, se cache un roman de Laurent Binet, prix Goncourt du premier roman 2010. Un livre de 400 pages, que j’ai dévoré en une journée.


Le titre HHhH- Himmlers Hirn heiβt Heydrich – est une expression allemande qui signifie: le cerveau d’Himmler est Heydrich. Et c’est bien le thème de ce roman: Heydrich, son histoire personnelle, qui s’achève sur le récit de l’attentat qui en mai 1942 lui coûta. Reinhardt Heydrich, adjoint d’Himmler, à la tête de l’appareil de surveillance et de répression du régime nazi, et architecte de la solution finale. Bref, une ordure, qui a joué un rôle central du côté administratif du régime nazi complotant et intriguant jour et nuit, depuis la nuit des longs couteaux jusqu’à la conférence de Wannsee (et jusqu’à la mort de Toukhatchevski, ce qui reste à prouver…)

La force de ce roman, c’est son style. Laurent Binet, tout au long du récit de la montée du nazisme, ou de l’ascension de cet antipathique personnage, explique la difficulté qu’il a à écrire un roman historique, comment l’élaboration des dialogues, la description des détails d’une scène et jusqu’à la couleur du véhicule d’Heydrich peuvent paraître des tâches incongrues.

Binet croise son récit personnel avec le récit de la fin d’Heydrich, comment il a vécu l’élaboration d’un tel livre, son travail documentaire, ses appréciations sur d’autres romans historiques et notamment les Bienveillantes. On y découvre nombre d’adaptations de l’opération « Anthropoïde » au cinéma ou dans la littérature, ainsi qu’un remarquable film « Fatherland – Le Crépuscule des aigles » que je me procurerais bien.

Ni biographie, ni roman historique, HHhH se lit d’une traite, et constitue sans doute l’une des plus beaux ouvrages sur cette période troublée. Je ne peux que vous en conseiller la lecture, qui devrait être inclue au programme des élèves de terminale.

PS: quelques citations attribuées à Heydrich pourront vous paraître d’une actualité brûlante, comme celle-ci:

Dans un système de gouvernement totalitaire moderne, le principe de la sécurité de l’Etat n’a pas de limites, donc celui qui en a la charge doit s’attacher à acquérir un pouvoir presque sans entrave.

Flippant, non?

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?