Hello, Goodbye, plutot nul

Chaque année, 3000 français quittent à peu près la France pour aller s’installer en Israel. Par idéal sioniste pour certains, par besoin de se relancer pour d’autres, par envie de changer d’air pour d’autres encores. C’est ce qui arrive à Fanny Ardant, épouse d’un gynécologue talentueux et aussi éloigné du judaisme qu’on peut l’imaginer, interprété par Gérard Depardieu. Sur la base d’un livre (autobiographique?) d’un certain Alain Gaash.

Cela aurait pu être une bonne comédie. Hélas, cela tourne à la midlife crisis d’une Fanny Ardant franchement ennuyeuse, pour laquelle Depardieu – énorme, sortait-il du roel d’Obélix – est prêt à tout, comme imaginer s’installer dans un pays étranger sans passer une équivalence. On s’ennuie fermement, et seules deux ou trois scènes, comme l’interrogatoire en compagnie de Sasson Gabay, laissent entrevoir ce que cela aurait pu être. Salle quasiment vide dès le premier soir, la messe est dite.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?