Gros comme un ADN de petit pois

Entendu ce matin sur France Culture le patron du Génoscope, Patrick Wincker, évoquer la taille du génome du petit pois: malgré sa taille, cette légumineuse peut se vanter d’être doté d’un génome plus grand que celui de l’être humain. La différence n’est pas énorme, juste 40% de plus. Mais il y a de quoi se sentir si ce n’est trahi, du moins déçu. Quoi, ce petit être sans défense, ce petit pois de rien du tout, cette petite boule verte qu’on avale sans crier gare, disposerait d’un génome plus long que le nôtre?

La raison en est simple, et Patrick Wincker l’explique assez bien. Dans le domaine du vivant, la taille du génome n’est pas forcément corrélée à l’intelligence ou aux capacités intellectuelles de l’espèce considérée. Cela dépend également des stratégies mises en oeuvre pour se défendre contre les différentes menaces, et garder une certaine cohérence dans la durée. Le génome du petit pois est peut-être plus long, mais il est surtout très redondant, un peu comme si l’Éternel, dans sa grande miséricorde, avait forcé sur le copier/coller au moment de s’occuper des plantes du jardin d’Eden.

Moralité: cessons de considérer les bactéries dotées d’un ADN minimaliste comme des êtres dépourvus d’intelligence. Ils sont simplement dépourvus de moins de moyens défensifs. Le petit pois, malgré sa taille ridicule, est un organisme bien plus solide qu’il n’y paraît.

Raison de plus pour en consommer…

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?