Garmin Connect ne répond plus

De tout temps, les voies de communication ont attiré les convoitises des pirates et autres brigands. Que ce soit pour y détrousser les voyageurs ou exercer une pression sur le transport de marchandises, des confins de l’Asie au coeur de l’Europe, c’est un fait : qui dit transport dit pirate. Les autoroutes de l’information ne dérogent pas à la règle, le transport de l’information et des données offrant les mêmes perspectives de gains délictueux que celui de marchandise et de fret.

Certes, les moyens techniques pour y parvenir ne sont pas les mêmes. Mais il existera toujours des esprits pervers pour mettre leurs connaissances au service du mal, quand ce n’est pas sous la pression et le chantage qu’une telle collaboration prend forme. Né avec l’ordinateur personnel, le cyber terrorisme s’est renforcé avec le développement de l’Internet grand public dans les années 90, et tout comme la piraterie sur mer, il peut prendre des formes variées : acteurs indépendants ou organisés, au service d’états ou du crime organisé.

Aux virus qui contaminaient nos ordinateurs d’antan, ont désormais succédé des formules plus élaborées, qui subtilisent nos données, de sorte qu’on ne puisse les récupérer qu’en payant une rançon. C’est une forme de prise d’otage moderne, ni plus ni moins. Plus qu’aux particuliers, c’est aux entreprises que s’intéressent les truands du cyber terrorisme : le pouvoir de nuisance, et donc les gains potentiels, n’en sont que plus importants. Quand il ne s’agit pas de cyber terrorisme au service d’un état, dans le but de déstabiliser les champions industriels d’un pays ennemi.

Dernière victime en date : Garmin. Des millions de sportifs, de tout niveau, utilisent leurs appareils connectés pour suivre leurs exploits sportifs, et partager leurs performances. Je fais modestement partie de cette communauté. Les données ainsi collectées par Garmin peuvent être consultées depuis une application, fort opportunément dénommée … Garmin Connect. Mais depuis quelques jours, il est impossible de l’utiliser. Les données qui y sont stockées restent accessibles, mais les résultats de nos derniers exploits sportifs ne peuvent y être transférés.

C’est déconcertant. On s’attendrait à ce qu’une entreprise de la stature de Garmin ait envisagé ce type de menace bien pus tôt, et ait pris ses dispositions pour protéger l’accès à ses données. Malheureusement, aucune forteresse n’est imprenable…

Maigre consolation : on peut toujours s’entraîner sans perdre de données, car les performances sont d’abord enregistrées au niveau de la montre ou du dispositif Garmin utilisé, avant d’être synchronisées avec la base de données mondiale de l’entreprise. Ainsi, les courses effectuées depuis une semaine environ pourront être transférées dans quelques jours, quand Garmin aura retrouvé son régime normal.

Ayons également une pensée pour tous ceux qui utilisent les services Garmin dans un cadre professionnel. Les récepteurs GPS de Garmin ne sont en effet pas réservés qu’aux particuliers. Garmin était, avant de se lancer dans le lucratif marché des montres connectées, un acteur des systèmes de positionnement à usage professionnel : cartographie, gestion de flottes, dispositifs de positionnement pour bateaux, avions et hélicoptères. Si l’attaque a mis à mal l’ensemble des infrastructures de l’entreprise, les dégâts risquent d’être bien plus sérieux qu’un simple refus d’accès aux résultats des courses de monsieur tout le monde.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?