Aider un proche dépendant

Les progrès de la science en général, et de la médecine en particulier, nous ont permis d’accroître significativement notre espérance de vie. Passer la soixantaine, il y a un demi-siècle, on pouvait presque s’en satisfaire. De nos jours, l’espérance de vie en France dépasse légèrement 80 ans. Elle est de 77 ans pour les hommes, et de 84 ans pour les femmes. Mais allongement de la durée de vie ne signifie pas forcément fin de vie en bonne santé. Pour de plus en plus de personnes, la vieillesse s’accompagne de maladies globalement inconnues avant la cinquantaine: Alzheimer et Parkinson, principalement.

Ces maladies se caractérisent par un lent déclin de la personne malade, qui peu à peu, perd la capacité à vivre seul: ces personnes se retrouvent alors « dépendantes » d’un tiers: un proche parent, souvent une épouse (plus jeune) ou un fils ou une fille (en général, le plus dévoué des enfants), qualifié « d’aidant ». Si la situation de ces aidants n’est en rien comparable à celle des personnes malades, cette période d’accompagnement – qui peut durer des années – est une des plus difficiles à vivre, pour de multiples raisons.

Il existe de nombreuses associations pour accompagner ces aidants. Il existe aussi des sites internet spécialisés. blogAngels a travaillé ces derniers mois à la mise au point de « J’aide un proche dépendant », ‘un de ces sites sur la dépendance, pour le compte d’un de ses clients, et je ne suis pas peu fier du travail réalisé.

L’objectif de J’aide un proche dépendant est d’accompagner celles et ceux qui accompagnent un proche dépendant. Pas facile de trouver le ton juste pour ce type de site, qui se veut à la fois un référent sur le sujet et sur les aides (financières, bien souvent) à l’accompagnement, mais aussi une plateforme d’échanges sur les préoccupations des aidants: comment préserver une vie privée, comment réagir face à des situations imprévues (lire à ce sujet l’étonnant témoignage de Monique, dont la mère ne reconnaît plus ses enfants), comment des « professionnels » peuvent aider les « particuliers » à aborder ces sujets.

Nous avons tous, dans nos entourages respectifs, des amis, ou des parents concernés par l’accompagnement de personnes dépendantes. Faites un geste, parlez-leur de ce site, peut-être les aidera-t-il à améliorer leur quotidien.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?