Second Life, second chance?

Second Life est un jeu video qui fait fureur sur la planète. Imaginez, en effet, que vous puissiez beneficier d’une nouvelle identité, dans un nouveau monde, repartir de zero, en quelque sort. Mais de façon totalement virtuelle. C’est ce que permet Second Life, un jeu créé par Linden Lab.
Avec sa géographie propre, entièrement modèlisée en 3D, ses règles quasi inexistantes, ses millions d’utilisateurs, et surtout sa propre monnaie, Second Life est en passe de devenir un phénomène de société. Certains ne s’y sont pas trompés. Des sociétés comme Nike ou Toyota par exemple, sortent leurs nouveaux produits en version virtuelle sur Second Life en même temps que leurs modèles réels. Histoire d’alimenter le buzz? Certainement. Histoire également de créer une demande dans ce monde virtuel.
D’autres, comme Ailin Gräf, en ont profité pour faire fortune. Ce n’était certes pas son intention première. Mme Gräf est professeur d’informatique. Elle possède une certaine prédilection pour l’informatique. En se lançant dans Second Life, après quelques essais sur d’autres jeux 3D en réseau, elle a rapidement compris quel bénéfice elle pouvait en tirer. D’abord, en prodiguant des leçons – payantes – aux nouveaux joueurs. Leçons payées en Linden dollars, la monnaie virtuelle de Second Life. Puis en créant ses propres modèles et animations 3D, et en les incorporant dans ce monde. Payant, bien sûr. Enfin, en acquérant un lopin de terre sur cette planète virtuelle, et en y devenant promoteur immobilier. Elle et son mari on déja ramassé plusieurs millions de dollars … qui ne sont plus virtuels, une fois sortis de Second Life.
Le personnage virtuel créé par Ailin Gräf se nomme Anshe Chung. Je ne l’ai pas encore rencontrée. Un jour, peut-être, Zvi Kepler, mon avatar sur Second Life la rencontrera-t-il. Et qui sait?…
Second Life

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?