Quelques jours à Tignes

Située à plus de 2000 mètres d’altitude et à quelques kilomètres de la station voisine de Val d’Isère, Tignes est une station qui offre une multitude d’activités pour les familles durant l’été. J’y ai passé quelques jours très agréable, entre randonnées et soirées de Champion’s League.

Au départ de Tignes, on peut partir vers le bas, en direction de Val d’Isère, et profiter de parcours verdoyants, ou vers le haut, et rejoindre des sommets situés à plus de 3500 mètres d’altitude. Voici trois programmes de randonnées assez simples.

Le lac du Chardonnet

Depuis le lac Tignes, on rejoint un sentier qui monte de manière assez abrupte, sur environ 200 mètres, pour rejoindre un lac d’assez petites dimensions. Compter trois quart d’heures à une heure d’ascension, idem dans la descente. Le décor est splendide, et on peut facilement y pique-niquer.

Le sentier botanique

Comme son nom l’indique, il s’agit d’un sentier qui traverse une sorte de jardin botanique en plein air, tout au long duquel les noms des plantes sont affichés. Malheureusement, à cette époque de l’année (mi-août), le sentier est bien défraîchi, soit en raison de la chaleur, soit parce que quelques promeneurs indélicats ont fait leurs emplettes. On port du Lavachet, et au bout de quelques minutes, on accède à un tout petit lac – une gouille – bleue turquoise, dans laquelle se jette une cascade. Un peu plus bas, on retrouve la même cascade si on s’écarte du sentier pour rejoindre la route. Bref, une jolie ballade familiale, pas trop éprouvante, à faire en une heure de marche. Possibilité de pique-niquer près de la gouille.

Le col du Palet et le col de la Tourne

Cette randonnée là est un peu plus difficile, il faut bien compter trois à quatre heures de marche au départ de Tignes. On monte depuis le lac, jusqu’au col du Palet, situé à 2560 mètres, une altitude qui vous permet de croiser quelques rares névés, même en août. Avec un peu de chance, les marmottes sont au rendez-vous. Pour ma part, j’y ai même croisé un troupeau de boucs et de moutons. On passe devant le refuge du Palet (où il est possible de prendre un café ou de manger une omelette préparée par l’équipe qui y réside durant l’été). On descend ensuite graduellement dans une autre vallée, dans une nature verdoyante. Les paysages, majestueux, se succèdent. On passe devant le lac du Grattaleu puis on se retrouve sur une légère montée, entourée de caillasse pendant près d’une heure, avant d’atteindre le col de la Tourne, situé à la même altitude que le premier col. La descente vers Tignes, ensuite, ne pose pas de grande difficulté.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?