Quelques jours à Capri

Rien de tel que les congés du mois de mai pour faire un peu de tourisme. Après Venise et Barcelone, me voici donc à Capri, magnifique petite île située à 40 minutes de bateau de Naples.

  • Le trajet. Capri n’est pas si loin, mais il faut compter deux heures de vol jusqu’à Naples, puis une bonne vingtaine de minutes pour rejoindre le prt. Il y a des navettes presque toutes les heures, et la traversée dure environ 40 minutes. Résultat: compter cinq à six heures porte à porte si vous partez de la région parisienne.
  • L’hébergement. Capri regorge d’hotels charmants, luxueuex ou très luxueux, répartis entre le port, la ville de Capri et ses abords, ou Anacapri. Personnellement j’ai opté pour un hotel vraiment splendide, face aux rochers ci-dessus (appelés Faraglioni), l’hotel Punta Tragara, une ancienne villa construite par Le Corbusier. Situé à 10mn du centre de Capri: calme garanti.
  • La géographie. Capri est une île, un gros rocher de 3x6km, dont on peut faire le tour en bateau (de nombreuses compagnies le proposent au départ du port, compter 15 euros par personne). Les falaises sont assez escarpée, n’y cherchez nulle plage de sable fin. Munissez-vous en revanche de bonnes chaussures de marche si vous envisagez d’accéder aux endroits un peu sauvages de l’île.
  • Les sorties et les loisirs. Vous y trouverez une multitude de restaurants italiens, dont l’inestimable Paulino, où vous dinerez (fermé le midi) sous des citronniers. Excursions en bateau, grotte azura (piscine naturelle sous la roche), on ne s’ennuie pas à Capri.
  • Les boutiques. Capri a opté pour une hausse vertigineuse des prix. Aussi bien au niveau des boutiques un peu « cheap » pour touristes le long du port, que plus en hauteur, le long d’une sorte d’avenue montaigne où vous trouverez une multitude de marques internationales (Gucci, Versace, etc.). Aucun intérêt en soi.
  • Les trucs à ne pas manquer. La balade en taxi décapotable à 15€ (on dirait un modèle spécialement conçu pour cette ‘île), et le funiculaire (obligatoire, de toute façon, à votre arrivée sur l’île).


Les amateurs de photos retrouveront la plupart de mes clichés de Capri sur Facebook. J’en profite également pour une mise à jour de Wikipedia (articles Faraglioni, Villa Vismara).

Ah, j’oubliais, à mon arrivée, je suis tombé sur le Ponent, vous vous souvenez, ce yacht qui avait défrayé la chronique du coté des cotes soudanaises.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?