POWER UP : le cadeau idéal pour la fête des pères

Le problème avec la publicité sur Facebook, c’est que quand elle bien ciblée, ça marche parfaitement. La preuve? A force de voir la publicité pour ce petit gadget a priori inutile, je me suis laissé tenté et ai acheté pour près de 50€ (frais de ports inclus) ce kit qui permet de transformer un avion en papier en mini-drone que l’on pilote depuis un smartphone… Et le pire, c’est que je suis content de mon achat !

Car contrairement à de nombreux gadgets high-tech, ce kit POWER UP est parfaitement conçu, notamment au niveau de l’application iPhone (ou Android, au choix). Elle intègre en effet plusieurs volets, qui permettent de se « former » avant de tenter de piloter son avion. Une manière d’éviter les déconvenues et d’assurer une expérience utilisateur optimale.

Le POWER UP a été conçu par Shai Goitein, un designer israélien natif de Sde Boker (le kibboutz de Ben Gourion), et diplômé de Bezalel, l’équivalent des Beaux Arts en Israel.

Le POWER UP est livrée dans une boîte élégante, qui contient la tige et son moteur à hélice, une hélice de remplacement et une demi-douzaines de feuilles de papier, d’un rouge assez vif, à plier selon un patron imprimé, pour concevoir ses premiers modèles: il en existe plusieurs, comme vous pouvez le voir ici. Voici à quoi ressemble la bête une fois construite.

Une fois l’application téléchargée et installée, il faut procéder à l’association du smartphone et de l’appareil, via bluetooth. C’est assez simple, mais cela signifie que la portée votre vol sera limitée par la portée du bluetooth. Le guide d’installation recommande de passer en mode avion – sic! – et de couper le WiFi, mais ce n’est pas vraiment nécessaire à mon sens.

C’est ensuite que les choses se compliquent: quand on n’est pas un expert du pilotage de drones, ce n’est pas gagné d’avance. Là, je recommande vivement de procéder par étape, comme expliqué dans le guide fourni dans l’application, pour apprendre à piloter finement ce petit bijou de technologie ultra-léger – bien plus léger qu’un drone classique. La gestion du vent, notamment, requiert un peu de doigté.

Une fois que vous maîtrisez l’engin, il ne reste plus qu’à vous faire plaisir. L’autonomie de la batterie est estimée à 20 minutes, mais j’ai pu faire près d’une demi-heure de tests variés sans recharger.

Le POWER UP existe apparemment depuis quelques années. On peut les commander en plusieurs exemplaires, pour économiser sur les frais d’expédition, pour jouer à plusieurs et s’adonner aux joies du combat aérien. Il existe même un modèle FPV avec une caméra embarquée… Je sens que je vais me laisser tenter !

Sharing is caring!