Phares : 24 destins

Je ne sais pas depuis quand ce livre de poche traînait dans ma bibliothèque. Pas si longtemps, puisqu’il est paru en 2010. Mais je ne me souviens pas de quand et comment il est arrivé là. Je passais devant sans le considérer, du fait de son épaisseur, et d’une tendance chez moi à considérer que la production littéraire de Jacques Attali était trop abondante et disparate pour être fondamentalement passionnante. Mais il y a quelques semaines, durant un long weekend de Souccot, je m’y suis mis. Et je ne l’ai pas regretté.

Il s’agit de 24 biographies, de personnalités que l’auteur pense avoir été des « phares » de leur époque, qui ont guidé et orienté leurs contemporains et, parfois, ceux qui les ont suivis. Et comme les véritables phares qui guident les navires et les invitent à plus de prudence à l’approche des terres, ces phares intellectuels sont d’une très grande variété. On y trouve donc des philosophes, des penseurs résignés à une vie de réflexion et de contemplation, et d’autres qui sont plus des inventeurs, des acteurs de leur destin. Une chose est sure cependant: presque tous ont laissé une trace durable dans l’histoire de l’humanité, même si certains étaient de véritables découvertes pour moi, comme Hildegarde de Bingen, Açoka ou Shrimad Rajchandra.

On y trouve donc des portraits d’individus aussi variés que Giordano Bruno, Maïmonide, Ho Chi Minh, Confucius, Simon Bolivar, Thomas Edison, Walter Rathenau, Thomas Hobbes ou Caravage. Leurs vies, passionnantes a plus d’un titre, explique souvent leur oeuvre.

C’est par la petite histoire qu’Attali fait découvrir le parcours de ses « phares », en remontant le plus souvent à leur contexte familial. Chaque biographie détaille l’éducation suivie, les premiers défis, l’explosion et la réussite parfois, les échecs plus souvent, et toujours cette ténacité qui les pousse à ne jamais abandonner.

Et quels destins ! De ces 24 personnages, nous ne connaissons, le plus souvent, que ce qu’on en a lu, ou entendu dire il y a des années, parfois lors de nos études ou au hasard de nos rencontres. Le texte d’Attali, agréable à lire, nous fait découvrir ce que nous ignorions, ce qui peut paraître anodin, mais explique souvent les choix, forcés ou non, qu’ont dû effectuer ces individus, et les opportunités saisies par ces phares de l’humanité.

Bref, même si certaines passages s’apparentent parfois à du prêt-à-porter culturel, voici un livre qui mérite non seulement de figurer dans votre bibliothèque, mais aussi que vous l’ouvriez de temps à autre.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?