Migraines et douleur – Dr Luis Villanueva, Inserm

Nous allons voir quelques aspects des mécanismes qui impliquent le cerveau dans la genèse des céphalées – les fameuses migraines.

Il n’est pas évident de travailler sur les migraines chez les rongeurs – ils ne peuvent pas nous indiquer quand ils ont mal à la tête. De plus, il existe plusieurs types de maux de têtes.
– les migraines primaires
– les migraines secondaires

Quels sont les substrats à l’origine des migraines? On a cru longtemps à une maladie d’origine vasculaire, au niveau des méninges. Mais aujourd’hui, on sait qu’il s’agit d’un mécanisme aussi bien neuronal que musculaire. L’activation des nocicepteurs méningés provoque les migraines. La douleur atteint la région de la moelle cervicale, et ce sont ces neurones transmettent l’information au cerveau, et vont déclencher la céphalée migraineuse. Des facteurs hormonaux peuvent intervenir dans le déclenchement de ces migraines. De plus, elles peuvent provoquer des modifications de la perception visuelle – qu’on appelle aura visuelle.

Un jeune médecin brésilien, Aristides Leao, a montré, le premier, que la stimulation très forte du cortex visuel, était capable de produire un phénomène d’activation précédé d’un silence neuronal, sous la forme d’une vague, qui ne respecte pas l’organisation synaptique du cerveau, à une vitesse de 5mm/minute.

On considère l’attaque migraineuse comme une sorte de chorégraphie, qui implique le système nerveux central. Y a-t-il une relation entre la modification de l’excitabilité du cortex visuel et de la migraine qui en résulte?

La douleur est un système sensoriel qui nous a permis de passer tous les pièges de l’évolution. Comme tous les systèmes sensoriels, celui-ci dispose de ses propres filtres, qui agissent en fonction du contexte. La sensation de douleur se produit a posteriori, et ne se base pas uniquement sur l’activité des récepteurs de la douleur dans notre corps.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?