Les joies du réseau local

En période de confinement et de télétravail, mieux vaut disposer d’un bon réseau local. A fortiori quand vous avez une famille nombreuse et que les accès simultanés demandent un débit soutenu. Jusqu’à il y a peu, je croyais être correctement équipé, mais au terme de 8 semaines de confinement, un constat s’impose : c’est largement perfectible.

L’architecture de mon réseau local est assez tarabiscotée. Une borne d’accès à la fibre Orange gère l’accès à l’Internet et le serveur DHCP primaire, auquel doit nécessairement être branché le décodeur TV Orange (c’est une contrainte dont je n’ai pas pu me débarrasser, impossible d’utiliser un routeur intermédiaire). En sortie de cette box Orange, un routeur Netgem qui diffuse ensuite dans la plupart des pièces de la maison, via une baie de brassage, chaque chambre disposant d’un connecteur RJ45. Ajouter à cela l’utilisation des WiFi de la box Orange et du routeur Netgem, et un 3e WiFi, et vous imaginez ce que cela représente en terme de maintenance…

PC vs MacBook

Ces derniers jours, il a fallu s’équiper pour affronter le télétravail massif. Le parc informatique, assez disparate, comprend un MacBook professionnel, un PC professionnel, un Chromebook, un PC ASUS sous Windows 7 et 2 PC ASUS sous Windows 10. Dans l’ensemble, cela tient la route quand on passe par le WiFi, avec les petits désagréments occasionnés quand on s’éloigne d’une borne WiFi et qu’il faut switcher sur la borne la plus proche.

Là où ça se complique, étonnamment, c’est avec les connexions filaires. Chaque appareil dispose d’un câble de catégorie 5E, qui doit donc supporter le Gigabit que délivrent la box et le routeur. Mais les choses sont loin d’être aussi simples. Je constate notamment, dans deux des chambres, un phénomène étrange : alors que le MacBook se connecte parfaitement via Ethernet (avec un débit affiché de l’ordre de 90Mbit/s), les PC ne parviennent que lamentablement à moins d’1Mbit/s, quand ils ne refusent pas tout bonnement de se connecter.

RJ45 m’a tuer

Rien n’y fait. j’ai eu beau changer de câble, remplacer le routeur par un switch (pour éviter les conflits d’adresses IP), on dirait que les Mac sont plus souples et savent attraper un signal que les PC ignorent. C’est la piste que je pense d’ailleurs creuser, quand j’aurai plus de temps. Apparemment, Microsoft Windows gère une sorte de mode de fonctionnement à l’économie sur les cartes réseaux. De fait, lorsque je branche un câble dans ces deux chambres, la connexion apparaît puis disparaît, puis cela revient et disparaît de nouveau, sans que jamais le PC ne puisse récupérer d’adresse IP définitive.

Bien sûr, je pourrais très bien me contenter du WiFi, mais pour des visioconférences à répétition, un accès filaire s’impose, qu’il s’agisse pour un usage professionnel ou dans le cadre d’enseignement à distance.

Si un de mes lecteurs connaît la solution à ce problème de connectique, je suis preneur…

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?