Le week-end de 12 jours

Le mois de mai a toujours rimé avec congé. Rime sonore plus que visuelle, mais rime bien réelle. Avec deux ou trois jours fériés, plus les ponts, plus les incitations à solder les jours non écoulés d’un 31 mai à l’autre, rares sont les salariés qui vont passer plus de 15 jours ouvrés sur leur lieu de travail.

Cette année, c’est encore plus flagrant. La conjonction d’un jeudi 1er mai, suivi d’un jeudi 8 mai, qui enchaîne sur un lundi de Pentecôte le 12 mai permet de poser cinq jours de congé, et de partir pendant douze jours en vacances… Seuls les acharnés de boulot, les créateurs, les workaholic et autres perturbés tiendront la boutique pendant que les autres se doreront la pillule.

Le niveau d’activité en France va probablement baisser de manière significative dans les prochains jours. Et le niveau de glande général progresser de deux ou trois points. Qui s’en plaindra?

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?