La petite video du bonheur

C’est la vidéo qui pourrait aider à réduire le vote en faveur de l’extrême-droite dans certains pays, en particulier en Autriche. On y voit Heinz-Christian Strache, leader du FPÖ, le parti d’extrême-droite au pouvoir depuis deux ans, proposer à la prétendue nièce d’un oligarque russe de juteux marchés, en échange d’une prise de contrôler du principal quotidien autrichien, le Kronen Zeitung, afin d’en orienter la ligne éditorial et soutenir le FPÖ en vue de prochaines élections.

La démarche de Strache rappelle, de loin, l’un des dossiers qui vaut des ennuis au premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, le dossier 2000, où le premier ministre tente d’obtenir une couverture positive de la part du quotidien Yediot Aharonot en échange de faveurs accordées à son propriétaire. Qui a dit que la presse avait perdu de son influence et de son pouvoir avec l’essor d’Internet?..

En soi, cette vidéo aurait pu rester longtemps ignorée du grand public. Elle a d’ailleurs été tournée en 2017, il y a deux ans, à Ibiza. Par qui? Et qui y apparait? On ne le sait pas, et on ne le saura probablement jamais. Qui l’a envoyée à des médias allemands pour la faire apparaître en mai 2019, à une semaine des élections européennes? Pas plus d’informations, et chacun peut se livrer à ses petites supputations. Est-ce un piège monté par les services secrets d’un état ami (ou non) de manière à obtenir un gage de collaboration dans un cas, un moyen de pression dans l’autre?

Ce qui est étonnant, c’est la facilité avec laquelle le dirigeant autrichien est tombée dans ce traquenard. On peut s’attendre à ce qu’un politicien, à la tête d’un parti probablement suffisamment structuré, prenne des précautions dans de telles situations. Pas du tout. On l’y voit guilleret, passer une soirée bien arrosée avec la blonde et son interprète, et y jouer les rois du pétrole. La vidéo originale ferait près de six heures!

Illustre-t-elle les liens étroits entre les partis d’extrême-droite européens et le régime au pouvoir en Russie? On s’en doutait un peu, déjà, mais le voir sur ses écrans, étalé sans aucune retenue, cela conforte toutes les hypothèses. Déstabiliser les pouvoirs démocratiques en place, en y jouant sur la fibre nationaliste, c’est un moyen pour la Russie d’empêcher les européens de réagir en bloc et de manière cohérente à toutes les incivilités passées ou à venir, comme la prise de contrôle de la Crimée il y a quelques années.

Finalement, tout le monde y trouve son compte, avec cette vidéo. Les démocrates y voient des preuves du grand complot russe. Les extrémistes au pouvoir y voient la preuve du grand complot démocrate contre leurs prérogatives. Seul Heinz-Christian Strache peut se sentir lésé par un tel contenu. Et encore, c’est peut-être pour lui le moment de réaliser le grand nettoyage dans ses équipes et de faire payer les coupables…

Sharing is caring!