ISF, Sego, Sarko et les autres

Le débat autour de l’ISF et de la "fortune" des candidats m’exaspère, et et révélateur du manque de considération qu’ont les candidats, la presse et le microcosme politique envers le peuple français, c’est à dire les électeurs.

Reprenont les choses par leur commencement. Fin décembre, un mail circule de boite aux lettres en boite aux lettres, dénonçons l’"enrichissement du couple Royal-Hollande", qui détiendrait des parts dans une SCI – La Sapinière – dans le but de détourner l’ISF. Inutile de vous dire que contrairement à d’autres courriels bien plus amusants qu’il me plaît de redistribuer, celui-ci n’est pas allé plus loin que le fond de ma corbeille.

Première constatation: ce type de courriel n’est pas innocent, il provient très probablement du camp d’en face (je n’ose imaginer un sabordement issu du PS). C’est vous dire qu’on attaque les choses sérieuses, à moins de 100 jours de l’élection. Et que les coups bas vont pleuvoir. Déception. Je pensais que la rupture revendiquée par Nicolas Sarkozy s’illustrerait également dans les manières, je dois constater que ce n’est pas vraiment le cas. Mais après tout, ce parti n’est-il pas construit sur les vestiges du RPR de Mr Chirac?…

Deuxième acte, le couple Royal-Hollande est contraint de se justifier aux yeux des français, et de faire état de leur niveau d’imposition, révélant aux passages que la candidate socialiste et son conjoint sont redevables de l’ISF. Cette révélation présente le mérite d’inciter les autres candidats à en faire de même, à publier leur état d’imposition par presse interposée, et tous font état qui du montant de son ISF, qui de sa Twingo, qui de sa propriété en Vendée…

Et là, on est stupéfaits. Disséquons par exemple le patrimoine déclaré de Mr Sarkozy. Ce dernier déclare une base imposable de 1137000 euros. Ca par exemple. Mr Sarkozy a exercé la profession d’avocat, ce qui ne le classe, a priori, pas dans "la classe moyenne" telle que définie par Mr Copé… Il s’est lancé en politique depuis plus de vingt ans. A été maire, ministre, président de région, président d’un parti. Il a pu bénéficier de logements de fonctions. Ses déplacements sont pris en charge. Bref, il a pu épargner plus qu’un RMiste moyen… Il a revendu l’an dernier un appartement situé sur l’île de la Jatte, à Neuilly, où le prix au metre carré se situe bien au-delà des 7000 ou 8000 euros… Et avec cela, il n’aurait épargné qu’environ 1.2m€? On croit rêver… Les revenus du couple Royal-Hollande laissent également rêveurs. Tous deux ont pu cumuler fonctions et salairs pendant plusieurs années. Sont-ils de si piètres épargnants? De toutes les déclarations publiées par Le Monde, seule celle de Corinne Lepage paraît vraiment sincère. Elle paye l’ISF, à un niveau respectable, au vu de sa profession et de son passé politique. Un point c’est tout.

Car ce qui me chagrine dans la polémique actuelle, ce n’est pas que tel ou tel candidat soit assujetti à l’ISF. Personnellement, je trouve cela normal. Confierait-on la gestion de sa ville, de son département, de sa région, de son .. pays, à quelqu’un qui s’avérerait incapable de gérer convenablement son foyer? Non, bien entendu. Qu’un personnage politique se soit enrichi raisonnablement, cela ne me surprend pas, et se justifie même. Qu’il applique les mêmes règles de bonne gestion à son action politique, et on s’en trouvera tous mieux lottis.

Mais ce qui me désole, c’est cette volonté de faire croire que leurs revenus sont ceux d’un couple moyen. Et de se justifier en publiant les chiffres de leur patrimoine, et non ceux de leurs revenus. Car cela changerait tout. En cumulant les fonctions, certains cadres politiques ont des revenus qui dépassent largement les 15000 ou 20000 euros par mois. Sans compter les indemnités diverses, les logements de fonctions, etc. Mais, bien entendu, cela ferait mauvais effet. Mr De Villers, par exemple, aurait crtainement du mal à jouer les cadres moyens.

Le général de Gaulle qualifiait les français de "veaux". S’il reste une trace de Gaullisme en France, c’est bien dans ce qualificatif, que l’ensemble des candidats à l’élection semblent avoir pris à leur compte. Pauvre France.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?