Google Maps a dix ans

L’anniversaire de Google Maps est passé un peu inaperçu, dimanche dernier. Cela fait pourtant dix ans, depuis le 8 février 2005, que nous pouvons utiliser gratuitement cet outil remarquable au quotidien.

Google Maps

Google Maps est en fait né un peu avant cette date, en 2004, de l’imagination de deux développeurs Danois nommés Lars et Jens Eilstrup Rasmussen. Leur startup, Where 2 Technologies, fut rachetée par Google à la même époque que Keyhole, la startup derrière Google Earth.

Conçu comme une appli web totalement gratuite, ce qui était révolutionnaire à cette époque où il fallait payer chaque carte qu’on achetait pour son GPS, Google Maps ne couvrait au début que le territoire nord-américain, avant de couvrir progressivement les autres pays, intégrant assez rapidement la vue satellite avec la cartographie, à des niveaux de résolution qui variaient assez souvent selon les pays.

Au-delà de la gratuité d’accès, Google Maps a introduit quelques innovations majeures, qui ont transformé la face du monde, presque autant que le moteur de recherche de Google, à mon sens.

  • L’API qui permet d’habiller le contenu des cartes ou de les intégrer sur son propre site web (fonctionnalité dont je me suis immédiatement servi à l’époque pour proposer une vue aérienne des golf de France sur Golfworld)
  • Street View, qui permet de se promener dans les artères des grandes villes, et d’identifier les bâtiments, comme si on s’y trouvait réellement. Concomitamment, l’introduction de la Google Car, qui permet de filmer les rues de manière industrielles (cf. photo ci-après).
  • Un calcul de trajet qui intègre, quand il le faut, le franchissement des océans
  • Les bâtiments en 3D, qui offrent un habillage spectaculaire de certains quartiers
  • L’accès depuis un smartphone: n’oublions pas que les premières cartes proposées sur les iPhone utilisaient … Google Maps. Qui plus est l’accès mobile intègre un cache (et oui…) qui permet de se repérer même en l’absence de connexion (notamment à l’étranger), sans toutefois pouvoir faire appel au calcul d’un trajet.


La Google Car. En avez-vous déjà croisé une en vous promenant dans Paris?

Avec le temps, Google Maps a vu apparaître des concurrents sérieux: Apple Maps, Bing Maps, et surtout l’initiative Open Street Map, qui offre un accès gratuit aux cartes contrairement à Google, qui ne reste gratuit que pour les sites et les applications qui n’ont qu’une fréquentation modérée.

Quel est l’avenir de Google Maps? Intégré à Android, il permet aux utilisateurs de l’OS mobile Google de bénéficier d’une navigation GPS riche d’une expérience incomparable, en terme de nombre d’utilisateurs et de requêtes. Le rachat de Waze il y a quelques mois a offert un bol d’air frais, notamment sur le calcul de trajet sur la base d’informations collectées auprès des utilisateurs. L’intégration de la partie annuaire d’entreprises est toujours aussi efficace, par comparaison avec l’initiative Apple, limitée aux entreprises américaines. Quant à l’interface, sa refonte il y a un peu moins de deux ans, dans le cadre de l’intégration des produits Google à l’univers Google+, est une sacrée réussite.

Google Maps a 10 ans, et n’a pas pris une ride. Et même si Google « exploite » nos données de recherche et de navigation pour mieux nous « profiler », on peut remercier ses ingénieurs d’avoir si le maintenir à un aussi bon de niveau de qualité et de performance.

Pour finir, voici une infographie tirée du blog Google Lat Long, et publiée à l’occasion de cet anniversaire.



Source: Google Lat Long

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?