Garder la passion du premier jour

Keep inventing, and don’t despair when at first the idea looks crazy. Remember to wander. Let curiosity be your compass. It remains Day 1.

C’est sur ces mots que se conclue la lettre aux employés d’Amazon, par laquelle Jeff Bezos a annoncé, cette semaine, qu’il allait mettre fin à ses fonctions de CEO de l’entreprise, pour se consacrer à d’autres projets, comme le Washington Post qu’il a récemment acquis ou sa société de lanceurs spatiaux Blue Origin. La lecture de ce document est instructive. Bezos y revient sur le parcours d’Amazon, et les succès qui ont émaillé son histoire. Pour lui, Amazon est et restera l’une des entreprises ayant le plus innové, en contribuant à l’apparition de produits ou de concepts non seulement originaux, mais qui ont complètement modifié le mode de fonctionnement de la planète. De l’achat en un clic à l’univers des marketplace, en passant par la liseuse numérique (Kindle) ou les assistants vocaux (Alexa), Amazon a toujours été à la pointe du progrès, en étant, si ce n’est la première entreprise à les proposer, du moins celle qui a pris le plus de risques pour les populariser.

C’est peut-être cela qui fait la différence entre Amazon et bon nombre d’entreprises où l’innovation ne va pas au-delà des bonnes intentions ou du démonstrateur qui permet au responsable de l’innovation de briller dans les salons, avant d’accéder à un autre poste. Amazon va au bout des concepts, quitte à prendre des coups ou subir des échecs, plutôt rares, d’ailleurs, comme son smartphone ou les boutons de commande Dash.

Au-delà de ces innovations, Amazon, sous l’ère de Jeff Bezos, a fait faire des bonds prodigieux à deux domaines dont l’impact se ressent encore dans notre quotidien : la logistique, et le cloud. Du premier domaine, notons simplement que la livraison en un jour était probablement un rêve fou des clients de nos anciens vépécistes, et qu’Amazon en a fait une réalité tangible. Il faut une sacrée infrastructure pour réussir cela, tant au niveau des logiciels que des hommes. Le déployer à l’échelle de la planète est encore plus stupéfiant.

Sur le cloud, même si Amazon ne l’a pas inventé stricto sensu, on peut souligner qu’elle fut la première entreprise à en faire un business florissant, alors même que dans l’esprit de millions de gens, Amazon restait juste un site de e-commerce. Aux premiers temps du cloud Amazon, AWS, on disait qu’Amazon souhaitait juste rentabiliser son investissement informatique en partageant sa puissance informatique avec d’autres entreprises pendant les temps morts de l’activité de vente en ligne. Cela reste de la pure fiction, de la mythologie. La division Cloud d’Amazon est sa vache à lait depuis plusieurs années. AWS équipe – on peut parler d’équipement à ce niveau – de nombreuses entreprisses, des grandes comme de plus petites, qui y hébergent leurs données, leurs services informatiques ou leurs sites web. Et il n’est pas étonnant que le successeur de Bezos à la tête d’Amazon soit Andy Jassy, un des premiers salariés de l’entreprise qu’il a rejointe en 1997 : Jassy est CEO de l’activité AWS depuis 2016.

Garder la passion du premier jour est un élément clef dans la vision de Bezos. C’est parce qu’on oublie la foi, l’impulsion et l’énergie du premier jour que tant d’entreprises finissent par s’essouffler et perdre leur rythme. La passion du premier jour est essentielle : elle évite de s’endormir sur ses acquis, invite chacun à retrouver l’humilité des premiers instants, quoiqu’il fasse dans l’entreprise, qu’il s’agisse d’un des premiers salariés ou d’un nouvel arrivant.

Ce qui nous amène à poser la principale question : Bezos a-t-il perdu la passion du premier jour ? Après avoir passé 25 ans à la tête de son entreprise, cela ne serait pas impossible, ni étonnant. Ce qui l’est plus, c’est de voir certains grands patrons, dans d’autres sociétés, rester à la tête d’empires qu’ils n’ont pas créés, et conserver leur poste comme une rente à vie, et plus que par passion du premier jour. Bezos, comme Bill Gates en son temps, leur donne une leçon à la fois de management et de savoir-vivre : on ne dirige pas une entreprise uniquement pour s’enrichir, mais pour partager une passion.

La passion du premier jour.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?