Est-ce la fin des débats ou le débat de la fin ?

On se souviendra longtemps du débat d’hier, entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron. Premier débat présidentiel de l’entre-deux tours auquel un candidat FN aura pu participer, Jacques Chirac ayant refusé la confrontation avec Jean-Marie Le Pen 2002. A l »époque, on avait mis cela sur le refus d’offrir au tribun frontiste une tribune et une légitimité de véritable candidat. Au lendemain du débat de 2017, c’est un autre sentiment qui l’emporte: le FN, malgré son travail de reconstruction et de légitimation, restera un parti à part, incapable de défendre un véritable projet politique.

Agressivité, provocation, dénigrement, interruptions intempestives, vitupérations, hésitations, et bien spur, fake news (vérité alternative pour faire plus hexagonal), Marine Le Pen ne nous aura rien épargné. En face, Emmanuel Macron a mis un peu de temps pour choisir la meilleure posture face à ce type d’adversaire: le pousser au bout de ses illogismes. Le résultat fut cruel pour la représentante du Front National: elle en sort bien plus affaiblie qu’on aurait pu le croire avant ce débat. Ce n’est pas que j’espérai qu’elle gagne en légitimité: non, mais je pensais que poursuivant son entreprise de dédiabolisation et son effort pour convaincre les électeurs de Mélenchon et de Fillon, elle adopterait une posture plus sereine. En réalité, on a eu droit à tout l’inverse: deux heures de prise de parole comme à un meeting du FN, avec un opposant en plus.

Pourtant, une crainte persiste. Ma rapide analyse est celle d’un représentant de l’élite que combat le Front National. Une élite diplômée, parisienne, issue de l’immigration. Qu’en est-il de l’électorat de Le Pen? Comment l’a-t-il perçue? n’a-t-elle pas, en fait, véritablement marqué la distinction entre la France d’en haut et la France d’en-bas? Les électeurs encore hésitants ont-ils perçu le néant qui sous-tend son discours? Je n’en suis absolument pas sûr.

Notre seule certitude, à l’issue de ce débat, c’est qu’il ne ferait vraiment, mais vraiment pas bon vivre dans une France sous la houlette de ce type d’individu.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?