Endéléchisme

La richesse d’une langue réside dans sa capacité à mettre un terme sur une grande variété de notions, d’idées ou d’événements. D’ailleurs, plus il y a de termes pour qualifier les différentes nuances d’un même concept, et plus on saisit l’importance du concept pour les peuples et les sociétés qui ont pratiqué cette langue. Je me souviens, par exemple, avoir appris trois termes en hébreu pour désigner la Lune, soulignant l’importance de l’astre nocturne au commencement de la civilisation juive.

Lorsqu’il n’existe pas de terme approprié pour qualifier un concept dont l’usage devient de plus en plus fréquent, il arrive qu’un mot émerge de lui-même, créé de toute pièce par les locuteurs en manque de terme précis. C’est ainsi que se forgent de nombreux néologismes, parfois puisés d’une autre langue dans laquelle un tel terme existe, ou à partir d’extensions parfois surprenants. Lors de mes passages chez Smarteam, dans les années 2002-2004, on me parlait parfois des AppEngim, pluriel en hébreu du mot AppEng, qui lui même était la contraction de l’expression anglaise : Application Engineer. Du charabia pour le commun des mortels, jusqu’à ce que l’usage devienne commun.

À l’inverse, est-il nécessaire de mettre un mot sur chaque concept ? Probablement pas. Il y a des concepts si peu fréquents, qu’on peut sans doute se passer d’un raccourci pour les exprimer. Un groupe nominal fait alors parfaitement l’affaire. Il n’y a pas de terme spécifique pour désigner, par exemple, une voiture de fonction ou un voyage d’affaires.

Mais il arrive parfois qu’un terme soit créé de toute pièce pour qualifier un concept peu fréquent. C’est le cas d’endéléchisme. Inutie de chercher dans un dictionnaire, Larousse et Robert restent muets sur ce terme précis. Reste Google. Le moteur de recherche vous renverrait alors sur une liste de références, presque toutes tirées de la Guerre des juifs contre les Romains, et c’est dans ce texte, et dan ce texte uniquement, que j’ai croisé ce terme.

Sa signification ? Brisement des tables de la loi. l’endéléchisme, voyez-vous, fait référence à cet événement relaté par la Bible, lors duquel Moïse, après 40 jours et nuits en tête à tête avec le divin, redescendit du mont Sinaï pour constater que le peuple qu’il avait sorti d’Egypte et qui avait assisté à de nombreux miracles s’était livré au culte du veau d’or.

Devant une telle ingratitude, de colère, le prophète jeta les tables de la loi à terre, et les brisa.

Et provoqua ainsi le premier, et unique, endéléchisme.

Le premier endéléchisme. Heureusement, c’était le dernier.

Dans la tradition juive, cet événement tragique correspond à une date précise, le 17 du mois de Tamouz, incorrectement traduit en 17 Juillet dans la traduction du livre de Flavius Josèphe que j’ai pu récemment lire. C’est un événement marqué, chaque année, par un jeûne, en souvenir des tristes événements qiu se sont produits ce jour là.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?