Don’t look up

Avec Don’t look up, disponible sur Netflix depuis vendredi, Adam McKay nous propose une comédie dramatique de la même veine que ses précédents succès, Very bad cops et surtout The big short. Comme dans ses précédents films, le réalisateur livre en effet une satire sociale extrêmement grinçante, où tout le monde en prend pour son grade. Vous vous amuserez même, sans difficulté, à identifier les personnages et les postures caricaturées par ce film d’un peu plus de deux heures.

Voici donc deux chercheurs, astronomes, qui depuis l’observatoire de Subaru – il existe vraiment – découvrent une nouvelle comète. À l’issue de leurs calculs, ils découvrent que cette dernière va s’écraser sur la terre dans 6 mois. Ils alertent donc la NASA, qui s’empresse de prévenir la présidente américaine, afin de mettre en oeuvre au plus vite tous les moyens qui permettraient de détourner ou d’anéantir cet astéroïde qui menace de mettre un terme à l’espèce humaine.

À partir de là, tout part en vrille, et c’est du grand art. La présidente, incarnée par Meryl Streep, s’avère plus préoccupée par les élections de mi-mandat que la menace sidérale. Entourée par une équipe d’incapables, totalement sous l’emprise de ses grands donateurs, dont un patron de l’industrie des télécoms et de l’espace qui incarne à lui tout seul un mix d’Elon Musk, de Steve Jobs et de Jeff Bezos, elle va s’avérer totalement incapable de gérer la crise.

Je ne vous en dis pas plus, à vous de découvrir la suite. C’est très drôle, très fin, et cela illustre parfaitement les dérives de nos sociétés, plus préoccupées par les audiences des talk-shows et les aventures des stars de la télé-réalité sur les réseaux sociaux, que par son avenir.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?