Le coup d’état permanent

Empêtré dans ce Penelopegate qui n’en finit pas, François Fillon dénonce un « coup d’état constitutionnel ». Diantre. Qu’est ce donc que ce coup d’état bizarroïde? D’habitude, un coup d’état cherche à renverser le régime au pouvoir, et non à disqualifier un opposant, non? Et puis, un coup d’état, c’est un acte violent, une action menée par un groupe d’individus armés, comment peut-il être constitutionnel? On reste perplexe devant la formule.

A moins que François Fillon n’ait voulu faire référence à la réplique de Fernandel, dans François Ier – tiens, un autre François. A la question « Secret d’état? », l’acteur répondait « Non, Sire, des tas de secrets ». Ainsi pourrait-on répliquer à François Fillon: « Coup d’état? Non, Sire, des tas de coups ».

Car il en est ainsi de toutes les campagnes électorales: on y prend des coups. C’est même celui qui encaisse le mieux qui finit par l’emporter.

Sharing is caring!