Cette année encore, soutenez la Prépa Emc2

Les résultats de Parcours Sup seront connus cette semaine. Pour de nombreux élèves, c’est la fin du suspense, et c’est aussi le bon moment pour vous parler de la Prépa Emc2.

j’ai déjà écrit sur ce sujet l’an dernier, à l’occasion de la campagne de collecte de fonds 2020. Fermée le chabbat et les jours de fêtes, la Prépa Emc2 offre aux jeunes français juifs pratiquants la possibilité de se préparer aux concours des grandes écoles d’ingénieurs. Il existait certes une prepa similaire, hébergée par l’ORT à Strasbourg. Mais l’ambition de la Prépa Emc2 est plus élevée, et permet aux élèves parisiens de trouver une solution qui leur évite d’aller passer deux ou trois ans loin de leur foyer familial, ce qui n’est pas toujours simple quand on n’a que 18 ans.

Maths et chabbat

Je me souviens avoir évoqué la création d’une telle classe préparatoire il y a une quinzaine d’années, avec ma soeur, qui préside l’association qui gère cette prépa, et l’un des professeurs de mathématiques, lors d’une soirée chez des amis communs. À l’époque, je ne croyais pas qu’une telle prépa puisse voir le jour. Pour moi, les obstacles étaient trop nombreux, le principal étant la population concernée par un tel projet. Je me souvenais que du temps de mes études, nous n’étions qu’une poignée à respecter les principes d’une pratique religieuse stricte, tout en ayant suivi un cursus scientifique de haut niveau. Science et religions sont souvent difficilement compatibles.

Et puis de toute façon, un jeune juif religieux qui souhaitait suivre un cursus scientifique sans mettre sa pratique de côté, pouvait bien évidemment quitter la France et faire ses études en Israel. Après tout, c’était la voie la plus simple, la plus logique. Bref, pour moi, ce projet n’avait, à cette époque, aucune chance d’exister.

Bien entendu, j’avais tort.

Et la suite de l’histoire allait le montrer.

La genèse du projet

J’avais tort car je partais du principe qu’il était facile de s’expatrier et faire ses études à l’étranger. C’est certes simple pour les familles qui en ont les moyens. Mais de nombreuses familles n’ont pas les ressources suffisantes pour dépenser 10000 euros par an er financer des études à l’étranger. Entre les billets d’avion, l’hébergement, et les frais d’inscription, un cursus en Israel n’est pas à la portée de toutes les bourses. Et même s’il existe des aides, au final c’est assez souvent difficilement raisonnable.

Et encore, je n’aborde là que le volet économique. Mais il y a un autre volet, plus évident : la qualité de l’enseignement en France. Le cursus CPGE + école d’ingénieur est, qu’on le veuille ou non, classement de Shanghai ou non, l’un des meilleurs au monde. S’en passer, quand on a les moyens intellectuels et le niveau scolaire pour le suivre, est un véritable crève-coeur. La prépa, c’est l’aboutissement d’un projet personnel, comme l’accession en première division…

Depuis que la Prépa Emc2 a ouvert ses portes, c’est chaque année une cinquantaine de dossiers qui ont été déposés, pour une vingtaine d’élèves qui sont finalement sélectionnés sur la base de leurs résultats antérieurs. La première promotion a passé les concours en 2020, dans des conditions difficiles en raison de la crise Covid, mais les résultats étaient au rendez-vous, avec des élèves qui ont intégré en 3/2 l’ENSAE, les Mines de Nancy et d’autres établissements.

Cerise sur le gâteau, depuis sa création, la Prépa Emc2 n’a pas attiré que des étudiants juifs. Ouverte à tous les candidats, elle accueille des élèves qui n’étaient qu’à la recherche d’un établissement fermé le Samedi, pour des raisons personnelles.

Un projet qui a besoin de votre soutien

Alors que la quatrième promotion est en train de s’inscrire, et que les résultats de Parcours Sup vont déterminer les choix des candidats, la Prépa Emc2 sollicite de nouveau l’aide d’un public le plus large. L’établissement n’étant pas encore sous contrat, les frais de fonctionnement ne sont en effet pas totalement couverts pas les frais d’inscription des élèves. Le montant nécessaire est de l’ordre de 100 000 euros. La campagne, organisée avec l’aide de l’organisme Charidy, va se dérouler les 23 et 24 mai 2021.

Chers lecteurs et chères lectrices, si vous voulez me faire plaisir et soutenir un projet qui permettra à de jeunes scientifiques d’accomplir leur destin, vous n’avez qu’à cliquer ici.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?