Au commencement, Dieu créa la Lune

Beresheet, quel drôle de nom pour un satellite censé se poser … sur la Lune. Car en hébreu, le terme Beresheet est le premier terme de la Genèse, celui que l’on traduit par « au commencement » dans la célèbre première phrase du Pentateuque: Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre: la Lune, elle, n’apparaît qu’au quatrième jour si je me souviens bien… C’est pourtant celui choisi par l’équipe de SpaceIL, consortium israélien dont le projet de mission sur la Lune remonte à 2012. J’avais, à cette époque, écrit un petit article sur le projet de conquête spatiale à l’israélienne, sur le blog Siliconwadi.fr. Le lecteur attentif notera au passage la transcription Beresheet et non Bereshit qui aurait pur laisser croire à un projet plus fumeux…

À l’époque, les fondateurs de SpaceIl souhaitaient simplement participer au projet Google Lunar Xprize, qui visait à poursuivre le programme de conquête spatiale en dehors de tout programme national. Plusieurs équipes s’étaient portées candidates, parmi lesquelles SpaceIL, qui n’avait pas remporté le prix.

Mais comme le dit un de mes concurrents, une bonne idée, c’est une idée qui donne des idées. En participant au Google Lunar Xprize, les équipes de SpaceIL ont donné une impulsion nationale à l’idée d’une présence israélienne sur la Lune. Même si SpaceIL ne dépend pas vraiment d’un programme national, le fait est que l’état d’Israël peut désormais considérer être le 4ème pays à avoir pris pied sur la Lune, après les États-Unis, la Russie, et la Chine tout récemment. Mais c’est aussi le premier programme privé à se poser sur la Lune.

Des donateurs privés ont en effet injecté des fonds dans le projet, dont le budget est passé de moins de 10 à plus de 100 millions de dollars. De quoi donner un peu plus d’ambitions, et s’offrir non pas un place d’auto-stoppeur sur un autre lancement (comme c’était initialement prévu), mais une vraie place à bord d’un Falcon 9 chez SpaceX… (SpaceIL, SpaceX, vous ne seriez pas un peu cousins?)

Ci-dessus, le lancement réussi du Falcon 9

Il reste désormais à accomplir le véritable voyage, celui qui conduira Beresheet du voisinage immédiat de la Terre à la Lune, après trois orbites terrestres et deux orbites lunaires. Un trajet qui prendra encore quelques semaines, avant que Beresheet ne pose ses petits pieds mécaniques sur le satellite naturel de la Terre, à un endroit dénommé la Mer de la Sérénité. Cela se passera aux environs de Pessah. J’en vois déjà qui, dans l’ambiance actuelle légèrement puante, n’hésiteront pas à troquer l’an prochain à Jerusalem pour un symphatique l’an prochain sur la Mer de la Sérénité

Cet article vous a plu? Partagez-le!