60-20-20

Sego-Dodo-Lolo. Voici donc l’ordre de préférence des militants socialistes. Madame Royal aura l’honneur de défendre la rose socialiste aux prochaines élections présidentielles.
Qu’on l’apprécie ou non, il faut lui reconnaître un certain talent. Pour avoir joué à fond la carte des primaires. En tête des sondages durant l’été 2006, elle n’avait en effet rien à gagner – a priori – dans ce jeu de primaires qui permettait à ses opposants en interne d’exprimer leur différence et de la challenger. Segolene Royal s’en tire neanmoins avec majesté, s’imposant avec une confortable avance sur ses rivaux. Ces derniers, pourtant, gagnent en representativite, et pourront reclamer legitimement une part raisonnable du gateau qui attend les socialistes en cas de victoire.
Un retour de Mr Strauss-Kahn a l’economie, ou de Mr Fabius à Matignon? Voire l’inverse? Tout est desormais possible.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?