Une semaine avec le covid

Depuis presque vingt mois, nous avions, ma famille et moi, fait presque tout ce qui était nécessaire pour passer au travers de la crise sanitaire sans attraper le covid : confinement, bien sûr, gestes barrières, évidemment, mais aussi double vaccination, et nous nous apprêtions même à faire la 3ème injection. Mais la cinquième vague est passée par là, et nous a eus par surprise…

La chaîne de contamination

Malgré la reprise d’un semblant de vie sociale ces derniers mois, ce n’est ni dans un lieu public, ni dans les transports en commun que cela a démarré. La première contaminée a été mon épouse, sur son lieu de travail, via une collègue déclarée positive le 22 novembre. Mise en télétravail dès le lendemain, elle s’est un peu isolée, et a passé deux tests antigéniques négatifs le 24 et le 26 novembre. Malgré l’apparition d’une toux persistante, nous faisions confiance aux tests. Grossière erreur. Son état ne s’améliorant pas, nouveau test, PCR cette fois le 29 novembre : positive. Je suis moi-même passé en télétravail le lendemain, toute la famille a passé un PCR : tous négatifs, sauf un, mais nous ne recevrions le résultat qu’un jour plus tard que les autres. Pourtant, les symptômes étaient déjà là. Nouveaux tests transgéniques le 2 décembre, et cette fois, trois nouveaux cas positifs. Alors que nous étions tous vaccinés, depuis fin juin 2021…

Les symptômes

Ce qui est surprenant avec le covid, c’est la grande variété des symptômes. La toux chez certains, de la fièvre et des courbatures chez d’autres, des crampes d’estomac ou une forte propension à se moucher, composez vous-mêmes votre menu. En ajoutant bien évidemment les deux stars de l’année 2020, la perte de goût ou la perte d’odorat.

Le test

Si vous n’avez jamais effectué de test PCR ou antigénique, voici comment cela fonctionne. Après avoir effectué votre test, en pharmacie (antigénique) ou dans un laboratoire agréé (PCR), on reçoit, au bout de quelques minutes (antigénique) ou quelques heures (PCF) un SMS avec un lien vers un portail dédié à la crise covid, le site SIDEP, qui nous demande de nous authentifier (avec une date de naissance). On reçoit ensuite un SMS avec un code à 6 caractères, qu’on saisit pour avoir accès aux résultats du test.

Ces résultats sont dotés de deux QR codes. Le premier permet d’importer le résultat de son test dans l’application #TousAntiCovid (cf plus bas). Le second permet, si le test est positif, de le déclarer à l’application qui se charge ensuite de prévenir les personnes qu’on a croisées de se mettre à l’isolement et d’aller faire un test…

#TousAntiCovid

Bien évidemment, le grand jeu une fois qu’on est déclaré positif, c’est d’alerter le reste du monde. Nous n’avions pas pris part à de grands événements ces derniers jours, mais avions tout de même rencontré des collègues, des amis ou des membres de notre famille. A donc débuté une série de coups de fils et de messages WhatsApp, plus ou moins inquiétant, pour prévenir celles et ceux qui pourraient avoir été contaminés.

Pour faire savoir qu’on n’est plus fréquentable, il y a aussi l’application #TousAntiCovid (ex StopCovid), déjà installée sur tous les mobiles du foyer pour exhiber le passe sanitaire dans les lieux appropriés. Cette application possède une option pur se déclarer positif, qui prévient alors les proches de la mise en relation avec une personne positive.

Le gag, si on peut appeler cela gag, c’est que le lien pour se déclarer positif ne fonctionne pas. Il a probablement fonctionné pour quelqu’un que j’ai croisé le mardi 30 novembre, comme indiqué ci-dessus – mais qui En tout cas, il n’a fonctionné pour personne au sein de mon foyer. J’ai donc contacté le site par mail, et j’ai reçu une réponse très sympa du support. Affaire à suivre.

Merci le vaccin !

Une chose est sûre, c’est que si je peux écrire cet article sans trop de craintes, c’est que tout le monde, à la maison, était vacciné. Les symptômes restent somme toute assez classiques, et personne parmi les miens, à l’heure où j’écris ces lignes, n’a connu de problème respiratoire majeur, susceptible de requérir une hospitalisation.

La campagne de vaccination a donc été efficace. Si le vaccin ne nous a pas empêchés d’être contaminés, il a cependant fait son travail de protection des organismes. Aucun d’entre nous n’a vécu la covid comme tant d’autres l’ont connu, avec les conséquences dramatiques qu’on a pu constater ces derniers mois.

Et la suite ?

Si toute la partie en amont et pendant la covid semble assez bien prise en charge, un grand flou règne sur la sortie de l’isolement. À partir de quand retourne-t-on sur le lieu de travail ? Sept jours après le premier test positif ? Ou bien à l’issue d’un premier test PCR négatif comme je l’ai lu à certains endroits ? Et pour les enfants, toujours négatifs, doit-on les envoyer à l’école, malgré le risque ?

Je dois avouer que ce n’est pas trop clair, pour moi.

Et je suis preneur de conseils en la matière, de la part de personnes passées par le même parcours.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?