Tiger Woods redescend parmi les êtres humains

Au titre de fondateur de golfworld.fr, cela fait une dizaine d’années que je suis l’actualité du golf international. Et je dois dire que durant ces dix années, j’ai été subjugué par Tiger Woods, cet extra-terrestre, capable de survoler une compétition, et dont le seul nom était, jusque là, synonyme de succès. Quatorze titres majeurs, plusieurs dizaines de compétitions remportées en Europe, en Asie, aux Etats-Unis, aux quatre coins du monde. Et surtout, un seuil de gains jamais réalisé par un sportif : un milliard de dollars de revenus, réalisés en sponsoring ou en gains.

Champion de couleur dans un milieu sportif exclusivement blanc (mais où les asiatiques percent de manière significative, surtout chez les femmes), Tiger Woods symbolise le renouveau du golf, l’ouverture d’un sport jusque là élitiste.

Tout vient de s’effondrer en quelques semaines. Sportif de haut niveau aux gains phénoménaux, Woods a dû céder aux sirènes de quelques intermédiaires peu scrupuleux en matières de mœurs. Et y prendre un certain goût, vu le nombre de révélations en si peu de jours. De l’olympe des golfeurs intouchables, Woods vient de chuter pour rejoindre le club moins prestigieux des golfeurs traînant une ou deux affaires douteuses, tout comme un John Daly, dont la dépendance à l’alcool et les frasques conjugales ont souvent agrémenté les pages people des magazines golfiques.

A ce stade, les dégâts sont déjà immenses : la fuite des sponsors (Gillette, Accenture, mais heureusement pas Nike), un divorce en point de mire, et une interruption de carrière qui risque fort de durer quelques mois. L’occasion pour ses rivaux de glaner quelques titres, mais à quel prix ?

Et que se passera-t-il au retour du Tigre ? Plusieurs scénarios sont envisageables. En voici quelques uns.

1/ Scénario pessimiste
Tiger Woods revient, mais sans son talent. La déprime, l’éloignement définitif des siens (sa femme, suédoise, souhaiterait d’ores et déjà rentrer chez elles avec ses enfants), le sentiment d’un grand gâchis, pourraient avoir un impact fort sur son jeu. Déjà le décès de son père l’avait momentanément perturbé. Et ses blessures au genou semblent avoir amoindri son potentiel de domination. Sans parler de la risée qu’il risque de déclencher à chaque apparition dans les prochains mois. Après cette difficile fin 2009, le tigre pourrait-il voir ses griffes et ses crocs définitivement élimés ?

2/ Scénario optimiste
C’est dans la tourmente que les grands hommes savent trouver leurs ressources les plus étonnantes. Tiger Woods est fait de ce bois-là, si l’on ose dire. Dans l’adversité, le golf semble bien être son dernier allié. A la fois sa passion et son art, ce sport lui a tout offert, et pourrait bien de nouveau lui servir de tremplin. Débarrassé malgré lui de ses attaches personnelles, ce tigre là sera encore plus avide de gains, et, pourquoi pas, de ce grand chelem qu’il a si souvent taquiné ?

3/ Scénario réaliste
Plus vraisemblablement, Tiger Woods retrouvera progressivement son niveau de jeu. Une fois ses déboires amoureux oubliés, ses sponsors reviendront au grand galop, soucieux d’associer leur image à celle d’un joueur capable d’aligner une dizaine de titres par an. Woods, quant à lui, se fera plus dédaigneux. Il fera l’impasse sur les compétitions européennes à deux ou trois exceptions près, oubliera la Ryder Cup, et se recentrera sur le circuit nord-américain, son jardin privé. Il prendra un malin plaisir à battre ceux de ses compétiteurs qui se seront gaussés de son aventure dans son dos. Et se mariera de nouveau, à l’approche de la cinquantaine, avec une jeune starlette en mal de devenir.

Laquelle de ces trois histoires préféreriez-vous suivre?…

Sharing is caring!