Se nourrir de l’incertitude pour entreprendre

Voici un livre qui mérite l’attention du plus grand nombre, en ces périodes agitées et incertaines. Son auteur, Laurent Quivogne, croisé à l’X il y a une trentaine d’années, a connu plusieurs expériences entrepreneuriales, et en a tiré un essai surprenant et passionnant, sur un sujet rarement abordé, si ce n’est soigneusement évité: l’incertitude. Se nourrir de l’incertitude pour entreprendre s’adresse non seulement aux entrepreneurs, qui baignent quotidiennement dans l’incertitude, mais en réalité à chacun d’entre nous: c’est, en réalité, un magnifique guide pour naviguer dans les eaux troubles du XXIe siècle.

Le point de départ de ce livre d’un peu plus de 140 pages, c’est de nous faire comprendre que l’incertitude est un élément fondamental de notre quotidien. C’est même l’incertitude qui constitue tout l’intérêt de nos vies. La certitude, bien que confortable, nous enferme dans des schémas de pensée qui confinent au totalitaire et à la mortification. La vie n’est faite que d’incertitude.

Seulement, nous ne sommes pas à l’aise avec l’incertitude. Tout est fait, depuis notre système éducatif jusqu’à nos outils d’évaluation en entreprise, pour nous inculquer l’idée que la certitude doit être l’objectif commun à tous nos efforts. C’est un leurre, nous explique Laurent. Au contraire, il faut apprendre à se nourrir de l’incertitude, pour laisser les voies ouvertes à la sérendipité, à l’innovation, à la capacité d’évolution.

La seconde partie de ce livre se veut un guide pratique pour s’accoutumer à l’incertitude. Comment l’accepter, l’apprivoiser, la reconnaître, en tirer profit … et parfois en subir les revers. L’apprentissage de l’échec, déjà abordé lors de la recension de l’excellent ouvrage de Charles Pépin, fait partie de la vie. Ce n’est pas le doute, c’est la certitude qui rend fou, nous rappelle Laurent, en citant Nietzsche.

Cela fait longtemps déjà que j’ai fait du doute mon plus fidèle compagnon, aussi bien dans ma vie professionnelle que personnelle, parfois jusqu’à l’excès. C’est souvent agaçant pour mes proches, mais toujours vivifiant d’un point de vue intellectuel. Un tel livre vient à point nommé pour renforcer mes rares convictions, et affirmer mon unique certitude: il faut se nourrir d’incertitude.

Merci Laurent.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?