Personnages du Talmud

Récemment disparu, Adin Steinsaltz a consacré la majeure partie de son existence à diffuser la connaissance du Talmud. Personnages du Talmud, petit livre au format poche, d’une peu plus d’une centaine de pages, est consacré à quelques figures emblématiques que l’on retrouve dès qu’on parcourt quelques pages du Talmud. On y retrouve une douzaine de personnages, dont l’existence et les réalisations ont marqué le parcours qui a conduit à l’élaboration de cet ouvrage monumental, et dont on retrouve les propos et les avis dans la plupart des traités qui le constituent.

Les figures auxquelles Steinsaltz consacre à chaque fois un court chapitre ont vécu entre le milieu du premier siècle avant l’ère chrétienne (Hillel et Chammaï) jusqu’au milieu du quatrième siècle (Abayé et Rav Achi). Chacun contribua à sa manière à l’élaboration du Talmud : Hillel et Chammaï en tant que décisionnaires initiaux, Yohanan ben Zakkai en créant le centre d’étude de Yavné, d’où a pu se perpétuer l’étude des textes et le commentaire de la loi, Yehouda HaNassi comme celui qui compila et établit la Michna, Rabbi Yohanan comme celui qui compila le Talmud de Jerusalem.

Pour chacun de ces protagonistes, Steinsaltz dresse un portrait qui compile les principales informations dispensées par le Talmud, aussi bien d’un point de vue purement biographique, que du point de vue de sa philosophie et de sa position par rapport aux avis des autres décisionnaires. Le livre, à cet égard, recèle d’anecdotes qu’un Talmudiste chevronné considèrera peut-être comme subalternes, mais qui rendent le sujet encore plus croustillant, si l’on peut dire.

C’est ainsi que j’ai découvert qu’un des contributeurs du Talmud de Jerusalem, appelé Rech Lakich, fut un temps gladiateur, jusqu’à ce qu’une autre grande figure le convainquit de reprendre l’étude, en l’échange de la main de sa soeur. Autre temps, autres moeurs…

Personnages du Talmud est un livre rafraîchissant, qui ne traite pas du Talmud en lui-même et n’apporte pas grand chose avec la connaissance de la loi mosaïque. En revanche, c’est une excellente introduction à l’univers du Talmud, et un moyen habile d’en familiariser le lecteur avec le principaux protagonistes, avec leur époque et leurs personnalités. À cet égard, il devrait probablement figurer au programme des études de Kodech dans les écoles juives françaises.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?