La dernière séance

EPF - Ecole d'ingénieurs généralistes

Après seize années de bons et loyaux service à l’EPF, j’ai décidé de tirer ma révérence. Hier matin, eut donc lieu ce qui devrait être ma dernière prestation à l’EPF, la soutenance du projet SRI. Trois groupes se sont affrontés à la loyale, chacun une heure durant : iA3OS, les Anarchitectes, EVA.

Pourquoi une telle décision? Disons qu’après avor enseigné durant seize années la même matière, les "Interfaces Graphiques" (cours parfois intitulé "IHM"), dans l’option Systèmes et Réseaux Informatiques (SRI) de l’EPF, une certaine monotonie s’était installé, à la fois dans mon cours et dans ma manière de l’administrer. L’envie de creuser les sujets s’évanouissait peu à peu. Et la lassitude devant les sempiternels mêmes erreurs, rencontrées durant les TP, a eu raison de mon enthousiasme. Désormais, il est temps de passer la main, et de permettre à de jeunes enseignants plus motivés, et surement plus doués, d’enseigner cette matière à laquelle j’ai consacré mon enseignement.

Que retiendrai-je de ces seize années? Surement beaucoup de choses. J’ai eu le loisir d’assister à une profonde mutation de ce qui fut, jadis, l’Ecole Polytechnique Feminine. Une transformation, qui vit l’ouverture de l’ecole aux garcons vers le milieu des années 90, et une reduction de facto du nombre d’ingenieurs filles. Alors membre du conseil de surveillance de l’EPF (ou de quelque chose qui s’appelait a peu pres comme cela), j’avoue n’avoir pas été enthousiasmé par cette réforme, faisant le parallele entre cette mesure, et la fermeture de l’Ecole Normale de Sevres, qui entraina la reduction du nombre de Normailenne.

Et puis, j’en ai vu, des élèves, et pas que des bons… Certes, j’ai oublié les noms et les visages de la quasi-majorité d’entre eux (et d’entre elles, sauf un ou deux dont je garde les noms 😉 ). Des promotions variant de 20 à 30 élèves, que je suivais durant une dizaine de séance de trois heures tout au plus en six mois, cela fait entre 300 et 400 noms et visages à retenir: impossible pour moi, qui suit un pietre physionnomiste. Mais il y a certains eleves que je n’oublierai jamais.

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?