Il est interdit de supporter

Sport et politique ne font pas bon ménage. Parfois, cela atteint de telles proportions, qu’on se demande s’il vaut mieux en rire, ou en pleurer. Comme avec l‘arrêté préfectoral diffusé à la veille du match de football d’Europa League, qui a opposé hier le RC Strasbourg au Maccabi Haïfa (victoire 3-1 pour Strasbourg à la Meinau, match retour jeudi 1er août). Le préfet Dominique Schuffenecker aurait-il fait de l’excès de zèle? Je vous laisse en juger. Voici quelques extraits de ce document, partagés par le site du club strasbourgeois (qui rappelle toutefois « qu’il reste profondément attaché à une conception conviviale du football et qu’il œuvre au quotidien pour que chaque match au stade de la Meinau constitue un moment de fête et de partage pour tous les publics.« )

L’article 1er de cet arrêté précise qu’« il est interdit, le jeudi 25 juillet 2019, de 12h00 à 24h00, à toute personne se prévalant de la qualité de supporter du Maccabi Haïfa FC, ou se comportant comme tel, de circuler ou stationner sur la voie publique sur les voies et périmètres suivants :


Gare centrale de Strasbourg (SNCF), place de la Gare et rues adjacentes.
Grande-Île (ou ellipse insulaire) du centre-ville de Strasbourg, place du Corbeau, rue des Bouchers, rue d’Austerlitz, place d’Austerlitz et rue de la Brigade Alsace-Lorraine.
Abords du stade de la Meinau, et notamment avenue de Colmar, rue Montessori, rue de l’Extenwoerth, rue Staedel, rue de la Flachenbourg, piste Georges Speicher et rue des Ciriers. »
Dans l’enceinte du stade de la Meinau, à l’exception du secteur réservé aux supporters visiteurs ».

L’article 2 rappelle que « les supporters du Maccabi Haïfa FC se rendant au stade de la Meinau doivent se présenter au guichet « visiteurs » du stade, rue des Vanneaux, sans signe ostentatoire, dès leur arrivée sur les lieux. »

Le Racing Club de Strasbourg Alsace informe que l’ensemble des billets visiteurs ayant trouvé preneur il n’y aura pas de vente au niveau de l’espace visiteurs.
L’article 3 de l’arrêté préfectoral indique que, pour cette rencontre, « le nombre de supporters visiteurs est limité à 600 ».

Interdire tout signe ostentatoire. Limiter le nombre de supporters visiteurs. Bigre, mais qui sont donc ces diables de supporters du Maccabi Haïfa? Des hooligans venus des quartiers les plus mal famés de Galilée? De dangereux psychopathes qui ternissent l’image du football en envahissant les stades, en attaquant les forces de l’ordre et en semant terreur et désordre là où ils passent, comme ces supporters ukrainiens?

Mais alors, comment se fait-il que l’arrêté préfectoral soit rédigé en français uniquement? N’eut-il pas mieux valu le diffuser si ce n’est en hébreu du moins en anglais. L’afficher à l’entrée de l’aéroport Ben Gourion. Où à la sortie de celui de Strasbourg. Et dans toutes les gares de France (au cas où ces supporters étrangers se seraient aventurer à visiter la France caniculaire avant de venir dévaster la Meinau).

Non, rassurez-vous, cet arrêté ne s’adresse pas aux supporters venus d’Israël, mais à ceux qui résideraient en France, et qui, avec leurs « signes ostentatoires », oseraient venir soutenir l’équipe adverse. Autrement dit, amateurs de kippas, de drapeaux israéliens et autres accessoires, laissez votre accoutrement dehors.

Le pire, c’est que quand on lit ce document, on comprend qu’il s’agit moins d’empêcher les dits supporters de commettre des excès – on voit mal la famille Bénichou ou Stein, papa, maman et leurs trois gosses venus joyeusement assister à une rencontre sportive, se livrer à des actes violents… – que de les protéger des excès des supporters adverses, autrement dit … les supporters strasbourgeois !

Car c’est cela, voyez-vous, le triste constat qu’il faut dresser au lendemain de cette mésaventure. Dans la France de 2019, celle qui sue la nuit sous la canicule et se réjouit du maillot jaune de Julian Alaphilippe, celle des gilets jaunes et des concerts géants au Stade de France, celle qui vibre en regardant Intouchables et se divertit devant N’oubliez pas les paroles, il existe encore de petits groupes qu’il est préférable de protéger en leur interdisant d’exprimer leurs passions.

Il ne fait pas bon être supporter du Maccabi Haïfa en France.

Pourtant, il fut un temps, pas si lointain, où il faisait bon chanter: allez les verts !

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?