Les Idées de Claude Riveline

Depuis plus de vingt ans, l’École de Paris du management organise des séminaires, dont une partie fait l’objet d’une recension sous forme de compte-rendus publiés dans le Journal de l’école de Paris. C’est dans ce Journal que Claude Riveline publie, depuis le premier numéro, une sorte d’édito qualifié de page « Idées ». Il en a publié plus de 130 – autant que de numéros du Journal, et l’École de Paris a eu l’excellente idée … de les rassembler et de les publier, sous un titre simple: « Idées ». Après un premier tome paru en 2006, vient de sortir un second tome.

La page « Idées », c’est la première chose que je lis quand je reçois le Journal de l’école de Paris. Non pas que le reste de la revue ne m’intéresse pas. Mais le texte de Riveline est toujours d’une telle limpidité, et d’une telle force, que sa lecture s’impose à moi avant de passer au reste, comme un mets particulièrement fin sur une table excellemment garnie par ailleurs.

De quoi traite Claude Riveline dans cette rubrique. D’un peu de tout. En cherchant souvent le point commun entre les interventions recensées dans le numéro du mois, il parvient à chaque fois à nous faire passer un message, à nous transmettre un enseignement, souvent illustré par l’actualité ou des exemples tirés de l’histoire, de la littérature ou de la philosophie. C’est toujours subtil, précis, et parfaitement écrit. Son texte est presque toujours lié aux évolutions des pratiques de management, de sorte que Riveline s’avère un observateur méticuleux de la vie de nos entreprises.

En me plongeant dans la lecture du Tome 1, avant de commencer le second tome dans les prochains jours, j’ai été surpris par la modernité de textes écrits il y a vingt ans. Les sujets liés à la quête de sens, aux évolutions du capitalisme et de nos sociétés modernes, à la quête du bonheur, Claude Riveline les a vus venir depuis deux décennies. Tout manager, tout entrepreneur, devrait passer quelques heures à réfléchir sur ces textes, pour prendre du recul et revisiter son rôle et sa mission à l’aune de ces quelques pages. Et ses anciens élèves y retrouveront, sans doute avec plaisir, ses formules parfois jubilatoires, et son obsession quai permanente, consistant à voir du dur et du mou un peu dans tous les sujets….

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?