Dieu merci, c’est vendredi … prochain

La comédie du Black Friday 2020 n’est pas finie. Le match qui oppose notre ministre de l’économie aux GAFAM au sujet de ce jour de super soldes, a en effet connu de nouveaux rebondissements. Le géant de l’e-commerce mondial, Amazon himself, est en effet parvenue à un accord, selon la presse nationale (et internationale) avec Bercy.

Pour repousser le Black Friday d’une semaine.

Quand Josué stoppe la course du Soleil, Bruno Lemaire, lui, repousse le Black Friday

Vous pouvez cesser de rire, non ?

C’est sérieux.

Oui, c’est sérieux.

Lemaire 1 – GAFAM 0.

Super Dupont a fait bouger le temps. Tel Josue qui suspendait la course du soleil dans le ciel biblique, Bruno Lemaire a réussi à bousculer l’emploi u temps de Jeff Bezos. Black Friday, ce sera partout ailleurs dans le monde, la veille de Thanksgiving. Mais chez nous, ça sera quand le ministre le dira.

Et où il le dira.

Rompez.

Élevés au lait des fables de la Fontaine, nous autres français savons apprécier la raison du plus fort. Le lion de Bercy, car je crois que c’est comme cela qu’il faudra l’appeler dorénavant, a rugi. Amazon a été mis au pas. Il continuera à optimiser ses revenus, mais devra changer la date du Black Friday. Sachons aussi apprécier les beaux compromis : tel le roseau, Amazon plie et ne rompt pas.

Le Black Friday vient donc rejoindre la liste des événements dont la date n’est plus fixe, mais dépend de quel côté de l’Atlantique on se situe, comme la fête de mères (deuxième dimanche de mai chez les américains, dernier dimanche de mai dans l’hexagone). On voudrait institutionnaliser l’événement qu’on ne s’y prendrait pas mieux. Tel une Barbara Streisand effarouchée, super Lemaire a réussi à donner un lustre impérial – et à mobiliser ma plume – pour défendre un événement qui serait probablement passé inaperçu sans cela.

Chapeau Bruno.

Au fait, en Chine, le Black Friday se déroule le 11 novembre. Pendant que nous pleurons les poilus morts sur les tranchées, les consommateurs chinois, eux, célèbrent la fête des célibataires, devenue la fête d’Ali Baba. Et croyez-vous que dans le pays d’origine du Covid, la journée de super-soldes est passée à la trappe ? Pas du tout. Cette année, pour le premier 1111 post-Covid, Ali Baba annonce un record de 74 milliards de dollars. Bon, il est vrai que là-bas, l’épidémie n’est plus qu’un mauvais souvenir…

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?