Cachez-moi cete liste de poissons cachers sur Wikipedia que je ne saurais voir

Wikipedia, l’extraordinaire encyclopédie en ligne, existe en plusieurs moutures. Mais il semble que la gestion des contenus n’obéisse pas aux mêmes règles selon qu’on considère le corpus dans telle ou telle langue. J’en veux pour preuve la mésaventure de la page Wikipedia que j’ai rédigée il y a quelques années de cela.

Pourquoi une telle page me direz-vous? A la base, un besoin: celui de pouvoir identifier des poissons cachers lors de mes déplacements à l’étranger. Comment avoir si le Blacksmith, le Bowfin ou le Sea bass est cacher? Rien de plus simple, il suffit de vérifier s’il a des écailles ou des nageoires. Mais en l’absence de tels signes, le mieux reste encore d’aller consulter internet, et la page qui donne la liste des poissons cachers en anglais. Idem pour un menu en allemand ou en espagnol, sauf que dans ces derniers cas, une telle liste n’existe pas.

Je me suis alors dit que si moi, français, j’avais pu tirer parti d’une telle liste à l’étranger, alors peut-être qu’un juif étranger aurait besoin, un jour futur, face à un nom de poisson écrit en français et qui lui est inconnu, de faire appel à une telle liste. Voici pourquoi, un jour d’août 2010, j’ai rédigé cet article, qui n’était pas mon premier sur l’encyclopédie (à mon actif, il y a plus d’une centaine d’articles créés – puis complétés par d’autres – dont ceux sur Waze, Jean-René Gougeon ou le CRIF).

Cet article a bien vécu, sans poser de problème à qui que ce soit, jusqu’à la semaine dernière, où un des contributeurs de Wikipedia a décidé de proposer la suppression de cet article sous prétexte d’une violation de copyright. Il est exact que cette liste a été initialement construite à partir d’une liste établie par le Consistoire il y a quelques dizaines d’années, et diffusée sur les calendriers que cette organisation envoie à mes coreligionnaires chaque année. Cette liste a été diffusée sur d’autres sites, dont celui du mouvement Loubavitch. Mais à ma connaissance, personne ne s’est levé un jour pour réclamer le copyright de cette liste de poissons…

Pourquoi mettre une telle liste dans Wikipedia si elle existe ailleurs? C’est qu’un Juif non francophone ne connaît pas forcément l’existence de la liste du Consistoire ou du Chabad, et que s’il lui advenait de devoir consommer du poisson en France, Wikipedia ferait, à mon sens, référence de manière utile. D’où cette article qui établit la liste des poissons cachers.

Cela n’a pas semblé être le point de vue de mes contradicteurs, qui ont décidé, hier soir, de supprimer la liste, et de ne laisser que les lignes suivantes.

Selon les lois de la cacherout, et notamment le passage du Lévitique, chapitre 11, verset 91, qui indique les espèces aquatiques autorisées, seuls peuvent être consommés les poissons « pourvus de nageoires et d’écailles ». Ainsi, les crustacés et fruits de mer ne sont pas autorisées par la Torah. L’esturgeon, qui n’a pas d’écailles, n’est pas casher, ni le caviar, cependant des substituts existent2.

Bref, au lieu de donner une liste de poissons autorisés, la nouvelle version de la page donne des exemples de poissons non autorisés. Vachement utile, non? Heureusement, le lien vers la page du Consistoire existe encore. Pour ceux qui penseront à aller la consulter, en vas.

Pendant ce temps, la liste en anglais continue d’exister. Alexandre Moatti avait raison, quelque chose ne tourne pas rond dans l’univers du numérique à la française

Cet article vous a plu ? Pourquoi ne pas le partager ?